Les anciens maires gatinois Yves Ducharme et Marc Bureau, en compagnie du maire sortant, Maxime Pedneaud-Jobin

Taux de satisfaction en chute pour Pedneaud-Jobin

À trois semaines de l’élection, le maire sortant Maxime Pedneaud-Jobin flirte dangereusement avec un taux de satisfaction similaire à celui que présentaient les anciens maires Marc Bureau et Yves Ducharme à l’aube de leur retrait définitif de la vie politique.

Le taux de satisfaction des Gatinois envers leur maire a chuté de 10 points de pourcentage dans la dernière année, si bien qu’aujourd’hui, 55,5 % des répondants au sondage Segma Recherche affirment être « très » ou « assez » satisfaits du travail de M. Pedneaud-Jobin. 

« Il manque visiblement un côté populiste au maire sortant, note le sondeur Raynald Harvey. Il est incapable de rallier le genre de base qui assure des réélections. Avec tout juste 10 % de répondants très satisfaits, le maire sortant devra pallier sur la division du vote pour l’emporter. »


Les niveaux de satisfaction sont assez similaires d’un secteur à l’autre, variant de 56,2 % dans Hull et Gatineau, pour atteindre le plancher de 52,1 % dans Masson-Angers/Buckingham. Segma Recherche précise que les gens possédant une scolarité de niveau universitaire « semblent particulièrement satisfaits (68,9 %) du maire sortant ».

Raynald Harvey reconnaît que le taux de satisfaction d’un maire est habituellement sondé dans un moment plus neutre que ne l’est un début de campagne électorale. Ainsi, le taux de satisfaction à l’égard du maire sortant est peut-être distorsionné en raison de son engagement à hausser les taxes de 10,8 % sur quatre ans. « C’est certain que ça peut l’affecter, mais si c’est le cas c’est que sa position attire les critiques », ajoute le sondeur.