Les fortes pluies ont causé des dommages dans le secteur de la rue Chambord, à Gatineau. Même les véhicules d’urgence ont eu certains soucis en voulant sécuriser le secteur.

Sympathie... et branchements illégaux

Le conseiller municipal du district de Bellevue, Pierre Lanthier n’a eu d’autre choix que d’enfiler ses bottes mercredi pour aller à la rencontre des résidents et constater les dégâts sur le chemin Chambord et plusieurs rues avoisinantes.

Déterminé à ce que la problématique se règle une fois pour toutes, l’élu promet qu’il va tout faire en son pouvoir pour que la Ville fasse les améliorations nécessaires dans ce secteur en pleine expansion.

« C’est sûr que je sympathise énormément avec les citoyens, c’est une pluie qui ressemble malheureusement étrangement à celle d’octobre dernier. On met tout en œuvre pour aider le plus de gens possible, les services municipaux sont ici. C’est quelque chose que je vais amener à la table dès le premier comité plénier à la fin août, je m’y engage. C’est inacceptable ce qui se passe présentement. Il y a des pluies abondantes, oui, mais les gens n’ont pas à subir de telles conséquences », dit-il.

Un gros bémol
Il y a cependant un hic, tient à préciser le conseiller Lanthier.

« L’un des gros problèmes ici, c’est qu’il y a des branchements illégaux dans le système sanitaire pluvial de la Ville alors que le réseau a une capacité maximale d’absorption. On a déjà fait des démarches pour aviser les citoyens concernés, mais on constate encore avec les débits d’eau enregistrés ce matin qu’il y en a encore », soutient-il.

L’élu en poste depuis moins d’un an ne se défile pas lorsqu’on lui demande si le bassin de rétention situé non loin de la rue Sainte-Monique est l’une des sources majeures du problème, comme le prétendent les sinistrés.

« La Ville devra se pencher là-dessus. On devra évaluer la situation, je ne dis pas le contraire. Quand on vit des épisodes de pluie intense comme ça, on réalise qu’il y a des problématiques au niveau des fossés. Il faut absolument parler et s’asseoir avec les services de l’aqueduc, de l’ingénierie, de l’environnement, etc. », martèle M. Lanthier.

L’attaché politique François Léveillé a indiqué que le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, actuellement en vacances, a été mis au courant de la situation et qu’il la suit de près.

« Si, par contre, ça devait se détériorer, on va aviser », a-t-il dit.

+

Les fortes pluies ont causé des innondations dans le secteur de la rue Chambord à Gatineau.

DE L'AIDE AUX SINISTRÉS DU PRINTEMPS DERNIER

Les sinistrés de quatre villes de l’Outaouais, victimes des inondations du printemps dernier, en raison des pluies et du dégel du 28 mars au 17 mai, sont maintenant admissibles au programme fédéral d’aide financière.

Le gouvernement du Québec a annoncé mercredi que les sinistrés de 60 nouvelles municipalités, dont Gatineau, Pontiac, Mansfield-et-Pontefract, et Saint-André-Avellin, pourront maintenant être admissibles au Programme général d’aide financière lors de sinistres réels ou imminents.

« L’aide accordée permettra de soutenir les municipalités qui ont pris des mesures en ce sens, tout en contribuant à la réparation des dommages causés notamment aux résidences principales et aux infrastructures routières municipales », a déclaré Martin Coiteux, ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal.

Ce programme constitue une aide de dernier recours, notamment pour réparer certains dommages aux résidences principales, aux entreprises et aux infrastructures municipales essentielles.

Non loin de l’Outaouais, les municipalités de Mont-Laurier, Grenville et de Grenville-sur-la-Rouge, dans les Laurentides, sont aussi admissibles.


Avec Louis-Denis Ebacher, Le Droit