Myriam Nadeau, présidente de la STO, confirme que cinq scénarios sont encore sur la table.

STO: les vraies décisions restent à prendre

Un train léger ou un deuxième Rapibus ? Le choix de la rapidité en passant par le boulevard des Allumettières, ou celui de la proximité avec les usagers en empruntant plutôt le boulevard du Plateau ? De grandes décisions demeurent encore en suspend concernant le futur système rapide de transport en commun pour l’ouest de Gatineau.

La Société de transport de l’Outaouais (STO) se tournera vers la population, au cours des prochaines semaines, afin de nourrir la réflexion qui mènera le transporteur public à la proposition finale, au printemps 2020, d’un tracé et d’un mode de transport.

Pour l’heure, cinq scénarios sont encore sur la table. Un système par autobus uniquement ou l’utilisation d’une technologie sur rails sur tout le réseau sont deux des options proposées. Un mélange des deux technologies avec des rails sur l’axe chemin d’Aylmer-Alexandre-Taché, et des autobus sur le boulevard des Allumettières, ou le contraire est aussi encore en analyse. La STO tergiverse aussi sur un tracé qui emprunterait le boulevard des Allumettières ou le boulevard du Plateau.

La présidente de la STO, Myriam Nadeau, n’a pas voulu se mouiller, mardi, sur aucune des propositions sur la table. Elle est même demeurée floue sur sa préférence entre un système sur rails ou par autobus.

«Je veux entendre ce que les gens ont à dire, a-t-elle lancé. Il y aura des choix à faire, les citoyens et les usagers devront en être conscients. Ce seront des choix difficiles à faire, mais on veut faire les meilleurs pour répondre aux besoins de la population.»

Invitée à préciser sa pensée sur le choix à faire entre les rails ou l’autobus, Mme Nadeau a rappelé que l’étude d’opportunité rendue publique en 2018 demeurait pertinente et qu’elle précisait que l’autobus présentait un risque d’autocongestion dans un horizon de dix à quinze ans. La même étude identifiait cependant l’autobus comme technologie à privilégier, une option rejetée par Action Gatineau qui fait la promotion d’un système sur rails depuis sa fondation pour desservir l’ouest.

Le rapport d’étape présenté aux médias, mardi, révèle que les défis d’insertion d’un système structurant de transport en commun dans l’ouest représenteront d’immenses défis, qu’il soit sur des rails, ou par autobus. Plus de la moitié du tracé présente des «contraintes importantes» si Gatineau décide de planifier le réseau tout en faisant de la place pour les cyclistes, les piétons, les voitures et de la verdure. Le concept des rues conviviales que le conseil municipal souhaite mettre de l’avant dans sa planification urbaine future nécessiterait de très nombreuses expropriations ou encore l’amputation de voies de circulation. Un aménagement dit «de base» serait moins contraignant, mais présenterait aussi des défis d’intégration, notamment dans le centre-ville.

«Il y aura un point d’équilibre à atteindre sur ce qui sera le meilleur choix et comment on peut l’aménager de manière la plus conviviale possible, a indiqué Mme Nadeau. Il faudra aussi voir quels seront les choix des citoyens et voir ce qu’ils sont prêts à endosser pour atteindre cet équilibre. Peut-être qu’il y a des éléments pour lesquels la population sera prête à aller un peu plus loin parce que le bénéfice sera plus grand et plus structurant. Peut-être que dans d’autres endroits les gens tiendront plus à l’existant. On va devoir décortiquer chacun des scénarios à la lumière des commentaires qu’on aura reçus.»

+

Pas de 6e pont dans les plans de la STO

Toutes les analyses sur lesquelles se base la Société de transport de l’Outaouais pour justifier et planifier un système de transport collectif structurant à l’ouest de Gatineau font complètement abstraction de l’éventualité d’un sixième pont qui pourrait un jour être construit à l’est.

 D’abord parce que le futur lien s’adresse à la population de l’ouest de la ville et ensuite parce que cette éventualité ne faisait plus partie des plans du fédéral lorsque les études du lien vers l’ouest ont été entamées. 

« On sait aussi que nous, dans dix ans, si on n’a pas de solution mise en œuvre, on aura un sérieux problème à l’ouest, et pour un projet de pont à l’est, les paris sont ouverts sur le temps que ça va prendre pour le faire », a affirmé la présidente de la STO, Myriam Nadeau.

+

Consultation publique sur les différents scénarios

La Société de transport de l’Outaouais (STO) lancera, le 3 juin prochain, une consultation publique sur les différents scénarios encore sur la table pour la réalisation d’un système de transport collectif structurant dans l’ouest de la Ville de Gatineau. 

L’exercice de consultation s’étendra jusqu’au 24 juin et se réalisera en deux volets. Ainsi, les citoyens pourront s’informer des différents scénarios à l’étude en se rendant sur le site sto.ca ou en participant à des soirées d’information les 3, 4 et 6 juin prochains. 

Une fois que les citoyens auront pris connaissance des informations, ils seront invités à s’exprimer par le biais d’un questionnaire en ligne ou en version papier au besoin. 

Les citoyens intéressés pourront aussi s’inscrire à un atelier de réflexion qui aura lieu le 17 juin, de 18 h à 20 h à l’hôtel Double Tree situé au 1170, chemin d’Aylmer. Les gens peuvent aussi soumettre des mémoires jusqu’au 24 juin.