La STO a dépensé 15500 $ pour la prestation de Réal Béland cette année. En 2011, un gala mettant en vedette Pierre Hébert a coûté près de 20000$. Un an plus tôt, Guillaume Wagner et la troupe de percussionnistes Samajam ont été invités à la soirée de reconnaissance annuelle, moyennant des frais de 8500$. Et, en 2008, la STO a fait appel à Mario Jean pour 16000$.

STO: 60 000$ depuis 2008 pour faire rire les employés

Les humoristes ont la cote à la Société de transport de l'Outaouais (STO). Depuis 2008, le transporteur a dépensé pas moins de 60000$ d'argent public pour organiser des événements de reconnaissance en présence d'artistes comiques, selon des données obtenues par LeDroit grâce à la Loi sur l'accès à l'information.
Le dernier spectacle en date, celui de Réal Béland, il y a à peine un mois, a soulevé la controverse dans la population et chez les politiciens.
«Disons que sous mon leadership, Réal Béland ne devra plus compter sur la STO pour se tenir occupé», avait affirmé le futur président de la Société de transport, Gilles Carpentier, en raison de la facture salée. La STO a dépensé quelque 15500 $ pour la prestation de l'artiste.
Trois autres humoristes se sont enrichis grâce à la STO dans les dernières années.
En 2011, le gala annuel de reconnaissance, mettant en vedette Pierre Hébert, a coûté au transporteur près de 20000$.
Un an plus tôt, Guillaume Wagner et la troupe de percussionnistes Samajam ont été invités à la soirée de reconnaissance annuelle, moyennant des frais de 8500$.
Et, en 2008, la STO a fait appel à Mario Jean pour sa soirée «Feu vert au Rapibus». Cette «mobilisation d'équipe» avait été organisée au coût de 16000$.
Le transporteur note que les dépenses incluent entre autres la location des salles.
Appelé à commenter hier, M. Carpentier a réitéré être en accord avec les programmes de reconnaissance, mais que sous sa gouverne, les travailleurs doivent s'attendre à des activités «plus sobres».
«Je crois fermement en la reconnaissance des employés, dit-il. Je crois cependant à une approche plus sobre. Et si ça se traduit par des réductions de dépenses dans ce domaine-là...»
Les spectacles organisés pour souligner le travail des employés ne sont que la pointe de l'iceberg, comme le révélait LeDroit en janvier dernier.
Depuis 2007, la STO a dépensé près de 225000 $ en cadeaux de toutes sortes à ses employés, dont des cadeaux sous forme de journées de congé.
Le programme de reconnaissance des employés et leurs coûts seront soumis à l'analyse de la firme externe qui sera embauchée pour examiner les façons de faire de la STO.
Avec William Leclerc