Le conseil municipal de Gatineau a donné son feu vert à cette refonte complète du Service des infrastructures.

Service des infrastructures: Gatineau embauche et hausse ses attentes

La capacité du service des infrastructures de la Ville de Gatineau à livrer ses projets a souvent été pointée du doigt au cours des dernières années.

La situation était devenue à ce point problématique tant dans l’organisation du travail que dans l’attraction et la rétention du personnel qu’une refonte complète de ce service est devenue nécessaire. 

Le conseil municipal a adopté, mardi, cette vaste réforme qui devrait à terme permettre au service des infrastructures d’améliorer sa performance et sa capacité à livrer les projets attendus par les élus et la population. Un total de 16 postes, surtout dans les équipes de direction, sont créés. Cela représente des dépenses supplémentaires et récurrentes de 1,6 million $. Plusieurs autres postes seront transformés.

Le directeur du service des infrastructures, Jean Audet, a brossé un portrait passablement sombre des enjeux rencontrés à l’interne, mercredi matin, dans le cadre de la rencontre du comité exécutif. L’utilisation de personnel temporaire qui encourage peu la rétention et le développement de la relève, l’absence de flexibilité pour répondre aux urgences, la difficulté à suivre la cadence des priorités, un taux de vacance de 10 à 15 % par année ; les problèmes auxquels faisaient face ce service qui gère un portefeuille de projets de plusieurs centaines de millions $ étaient nombreux et souvent bien enracinés. 

« C’est une refonte complète du service qui a été adoptée par le conseil municipal, a expliqué le président du comité exécutif, Cédric Tessier. L’accent est vraiment mis sur la planification. On veut mieux planifier les projets, avoir une meilleure rétention des employés, les attirer et les garder en leur permettant de grandir dans l’organisation. On l’a vu lors du bilan présenté la semaine dernière lors de l’étude du budget, on s’est grandement amélioré grâce à une meilleure planification. Il faut continuer de s’améliorer et la livraison va suivre. »

La nouvelle structure mise en place doit permettre d’augmenter la capacité du service des infrastructures à livrer ses projets, selon M. Audet. La réponse face aux changements de priorité doit être améliorée. La charge de travail parmi les employés sera mieux équilibrée et la relève aura accès à des postes permanents qui lui permettront un parcours professionnel complet au sein de l’organisation. 

« C’est un coût important, mais il faut voir ça dans son ensemble, a noté M. Audet. L’important c’est la planification parce que les augmentations de coûts surviennent souvent quand les projets sont mal planifiés et qu’on doit reprendre des travaux ou faire des changements en cours de réalisation. »

Le conseiller Gilles Chagnon a salué l’implantation de la nouvelle structure, mais a dit avoir des attentes. « Je veux voir des améliorations dans la livraison des projets, ça doit être plus rapide », a-t-il dit.