Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, voulait que ses concitoyens touchés par les inondations soient traités «avec plus d’humanisme» qu’en 2017.

Sécurité publique: des bureaux qui ferment trop vite pour le maire de Gatineau

Malgré la demande faite par le maire de Gatineau, le ministère de la Sécurité publique (MSP) ne pourra pas assurer la présence de bureaux temporaires dans les municipalités jusqu’à la fermeture des dossiers des sinistrés des plus récentes inondations.

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a répété à maintes reprises, ces dernières semaines, que la « présence physique » des fonctionnaires du MSP à Gatineau était « essentielle pour la suite des choses », afin d’éviter un scénario comme celui vécu après la crue de 2017.

Insistant pour que les sinistrés soient traités « avec plus d’humanisme que la dernière fois », M. Pedneaud-Jobin a demandé que le MSP déploie des fonctionnaires à Gatineau afin qu’ils « rencontrent les gens en personne jusqu’à ce que les dossiers aient été réglés ».

Dans une réponse fournie au Droit, le MSP indique toutefois qu’une réponse positive à cette demande n’est pas possible.

« Considérant le nombre de municipalités touchées par les inondations, il est impossible d’avoir un bureau temporaire dans chacune des municipalités jusqu’à la fermeture des dossiers, a répondu la porte-parole du ministère, Louise Quintin. Toutefois, les municipalités qui le désirent peuvent s’impliquer activement dans la gestion du programme d’aide financière, en offrant certains services à ses citoyens, tels que la production du constat des dommages ou la gestion complète de ce dernier. Les municipalités intéressées doivent contacter le MSP. »

Mme Quintin rappelle que, dans toutes les régions ayant été victimes des inondations, des séances d’information sont organisées par le MSP. À Gatineau, ces rencontres se dérouleront les 21 et 22 mai au centre sportif, sur le boulevard de La Gappe.

Le MSP commencera des rencontres individuelles avec les sinistrés dès le 22 mai dans des locaux temporaires, à l’aréna Campeau. « Il sera possible d’ouvrir un dossier de réclamation dès ce moment », précise la porte-parole du ministère.

Le MSP assure par ailleurs qu’avec le nouveau programme d’indemnisation, « le sinistré connaîtra plus rapidement la valeur de l’indemnité à laquelle il aura droit et le versement de celle-ci sera plus rapide, car il aura beaucoup moins de pièces justificatives à fournir ».