C'est la vigilance et l'acharnement de Raymond Mantha qui ont forcé la Ville à admettre publiquement les vices de procédure dans ce dossier.

Rue Jacques-Cartier: Gatineau n'a pas respecté la loi

Le commissaire aux plaintes du ministère des Affaires municipales du Québec conclut que la Ville de Gatineau n'a pas respecté la loi en finançant, à même les fonds publics, les travaux de construction de la rampe d'accès à l'église Saint-François-de-Sales, dans le cadre du réaménagement de la rue Jacques-Cartier.
Le Droit révélait, en novembre dernier, que l'ensemble des travaux de 43 millions $ sur la rue Jacques-Cartier n'a pas respecté les exigences prévues dans la loi, ainsi que la réglementation municipale sur le patrimoine. C'est la vigilance et l'acharnement d'un citoyen, Raymond Mantha, qui ont forcé la Ville à admettre publiquement les vices de procédure dans ce dossier. 
Ce dernier avait transmis tout le dossier au Bureau du commissaire aux plaintes du Ministère afin qu'une enquête administrative soit menée, ce qui a été fait.
Dans sa lettre datée du 8 février dernier, adressée à la directrice générale de la Ville de Gatineau, Marie-Hélène Lajoie, et dont Le Droit a obtenu copie, le commissaire Richard Villeneuve précise que « rien ne permet de croire à des lacunes dans l'adjudication des contrats » liés aux travaux réalisés sur les terrains de l'église. Il ajoute que la loi permet à la Ville d'apporter certaines aides à une fabrique, entre autres pour la mise en valeur du patrimoine. 
Toutefois, le commissaire rappelle à la Ville de Gatineau que l'utilisation de ce pouvoir commande une décision officielle de la part de la municipalité. « Une décision formelle paraît ne jamais avoir été prise, écrit-il. De fait, même si les travaux sur le site de l'église étaient prévus depuis 2006, la décision que ce soit la Ville qui en assume les coûts, prise formellement, ne nous a pas été présentée dans le cadre de l'analyse du dossier ». 
Entente
Le service des communications de la Ville de Gatineau a indiqué au Droit que « la Ville reconnaît qu'aucune décision formelle n'a été prise quant à la réalisation des travaux sur la propriété de la Fabrique de l'église Saint-François-de-Sales, aux frais de la Ville ». L'administration prévoit corriger cette situation par la signature d'une entente entre la Ville et la Fabrique devant confier à cette dernière l'obligation d'assurer l'entretien de l'ensemble du parvis et de maintenir une rampe d'accès pour les personnes à mobilité réduite.
L'administration prévoit corriger la situation par la signature d'une entente entre la Ville et la Fabrique.
Par ailleurs, un inspecteur de la Régie du bâtiment du Québec s'est récemment rendu sur le terrain de l'église pour examiner la rampe d'accès construite aux frais de la Ville. Dans une lettre datée du 24 janvier dernier, la Régie affirme avoir « constaté des manquements au Code de construction en vertu de la Loi sur le bâtiment ». Un avis de correction a officiellement été émis par la Régie.