Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le complexe multiglaces de l’ouest devrait se retrouver près du Canadian Tire sur le boulevard du Plateau.
Le complexe multiglaces de l’ouest devrait se retrouver près du Canadian Tire sur le boulevard du Plateau.

Retour à la case départ pour le multiglaces dans l’ouest

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Article réservé aux abonnés
C’est un peu un retour à la case départ qu’a effectué le conseil municipal de Gatineau, mardi, dans le dossier du complexe multiglaces de l’ouest.

Face au manque d’appétit du marché pour un projet entièrement construit et géré par le secteur privé, les élus, à quelques mois de la fin du mandat, se retrouvent devant une panoplie de nouvelles options pour lesquelles le consensus sera complètement à rebâtir.

Le projet qui se résumait auparavant à un complexe d’un maximum de quatre glaces construit derrière le Canadian Tire, sur le boulevard du Plateau, doit être complètement réévalué, tant pour son mode de gestion que pour ce que les citoyens y trouveront. Les besoins grandissants et diversifiés en matière d’infrastructures sportives dans ce secteur en explosion démographique poussent la Ville à évaluer la possibilité de se lancer dans un projet d’une bien plus grande envergure.

Certains des scénarios proposés au conseil font carrément miroiter un centre sportif à l’image de celui qu’on retrouve dans le secteur de la Cité, à Gatineau. Selon les options, l’infrastructure pourrait comprendre trois surfaces glacées jumelées à un autre type de plateau sportif, comme une palestre, des gymnases, une piscine intérieure ou des terrains de soccer synthétiques, voire un «skateparc» intérieur.

Si le conseil opte pour la construction de quatre glaces dans le Plateau, la Ville pourrait modifier la vocation d’un des deux arénas déjà existants à Aylmer pour le convertir en palestre ou en plateau sportif multifonctionnel. La conseillère Maude Marquis-Bissonnette propose même d’envisager l’utilisation d’espace dans le mégacentre du Plateau pour y intégrer des infrastructures sportives.

Un complexe sportif ressemblant à celui du secteur Gatineau fait aussi partie des scénarios pour le projet dans l'ouest de la ville.

Le président du comité exécutif, Cédric Tessier, a affirmé que des données sur les coûts en fonction des scénarios circulent déjà au sein de l’administration, mais qu’il est trop tôt pour les rendre publiques. «On n’est pas à l’étape des chiffres, a-t-il dit. On va y revenir dans les prochaines semaines, dans les prochains mois.»

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin répète que le déploiement des nouveaux arénas est une urgence pour Gatineau. L’échec de la stratégie mise de l’avant depuis 2017 qui faisait appel au privé doit, selon lui, forcer une réflexion sur le véritable projet qui doit être livré à la population. «On constate que les besoins sont grands et diversifiés, dit-il. Il faut bien planifier et ne pas rater une occasion de répondre à plusieurs besoins à la fois. Ça vaut la peine de prendre le temps d’arriver à quelque chose qui pourrait avoir une envergure plus grande qu’un complexe uniquement pour les sports de glace.»

Le conseiller Gilles Carpentier a cité en exemple la nouvelle Place des Pionniers dont le projet a été transformé et qui a pris de l’ampleur avec le temps. Il dit comprendre l’impatience de ses collègues d’Aylmer, mais à son avis, le conseil doit prendre le temps nécessaire pour bien revoir le projet. «Je vais résister à un processus accéléré qui nous ferait court-circuiter des étapes et présenter un mauvais dossier, a-t-il dit. Il y a eu des réorientations qui ont pris du temps. Là, on y ajoute des nouveaux éléments pour répondre à plus de besoins, comme la palestre. Il y aura de grosses sommes d’argent d’impliquées là-dedans bientôt. Ce n’est pas le temps d’escamoter des étapes importantes juste pour réaliser un projet en accéléré.»

Aylmer tient à ses quatre glaces
Le conseiller du secteur Aylmer et membre du comité exécutif, Gilles Chagnon, tient mordicus à doter l’ouest de Gatineau d’un complexe de quatre glaces. «Commençons par ça et ensuite, allons-y par phase pour la palestre ou d’autres infrastructures sportives, a-t-il insisté. Il faut construire des arénas en priorité. Il faut avoir une vision, et si on la veut à long terme, il faudra au minimum avoir quatre nouvelles glaces.»

Sa collègue d’Aylmer, Audrey Bureau, insiste elle aussi pour répéter qu’un complexe de trois glaces n’arriverait pas à répondre aux besoins actuels du secteur. «Je ne vais jamais appuyer un projet qui nous ramènerait à trois glaces, a-t-elle précisé. […] Il faut aller vers un quatre glaces. Le besoin est criant, il se fait sentir et on ne devrait pas mettre d’énergie sur un complexe de trois glaces. […] Si on va vers un centre multisports, il faut s’assurer de répondre aux besoins réels exprimés par la population. Ce serait un changement majeur dans le dossier qui nécessiterait des investissements importants. J’accueille ça de façon favorable, mais ça reste que c’est un dossier urgent, que les besoins sont criants et qu’on a déjà largement dépassé l’échéancier.»