Une douzaine de trajets sont annulés par la STO pour la journée de samedi.

Reprise des négos à la STO

Malgré les craintes de perturbations en raison de l'entrée en vigueur des moyens de pression des chauffeurs et employés de l'entretien, le service de la Société de transport de l'Outaouais (STO) a été offert sans réelle anicroche, vendredi, alors que les deux parties ont annoncé un retour à la table de négociation.
Dans un bref communiqué émis conjointement en après-midi, la STO et le syndicat ont indiqué en être « venus à une entente permettant la reprise des négociations selon le calendrier convenu avec le médiateur », sans toutefois préciser si cela aurait un impact sur les moyens de pression.
Le président du Syndicat uni du transport, local 591, Félix Gendron, s'est abstenu de faire des commentaires sur la reprise des négociations, préférant « garder les discussions à l'interne ».
« Le but de la STO et du syndicat est d'en venir à une entente négociée qui va satisfaire tout le monde, et d'éviter la catastrophe au public en l'absence de service », s'est limité à dire M. Gendron.
La date de la reprise des pourparlers n'a pas été précisée. Le syndicat a indiqué que les moyens de pression allaient continuer, malgré le retour à la table des négociations.
La directrice générale de la STO, Line Thiffeault, avait fait savoir jeudi que « des voyages sporadiques » pourraient être annulés à compter de vendredi. Depuis 4 h vendredi matin, les syndiqués n'effectuent aucune heure supplémentaire.
En matinée, la STO a publié un message sur son compte Twitter pour inviter sa clientèle à « prévoir plus de temps qu'à l'habitude » pour se déplacer sur son réseau.
Le transporteur public a indiqué qu'à 6 h 10, le réseau roulait « normalement », et a par la suite évoqué un « bilan convenable » de la matinée puisqu'il n'y a eu « aucun retard majeur et peu d'annulations de voyages ».
Certains usagers ont tout de même noté que des autobus étaient plus remplis qu'en temps normal. D'autres semblent avoir opté pour un autre moyen de transport. Vers 8 h 30, il restait encore de nombreuses places disponibles au parc-o-bus Rivermead, alors qu'une usagère a indiqué qu'il était généralement plein à cette heure.
Aucune file n'a été observée sur place, et les autobus étaient nombreux à se présenter devant les abribus en bordure du chemin d'Aylmer.
En plus du refus d'effectuer toute heure supplémentaire, les chauffeurs respectent à la lettre les limites de vitesse et s'habillent comme ils le désirent. Un chauffeur portant une tunique colorée et un sombrero a notamment été aperçu dans le secteur Aylmer.