Le taux d’adhésion au bac gris atteint présentement 93% à Gatineau.

Reporter le bac gris aura coûté un demi-million à la Ville de Gatineau

Reporter l’entrée en vigueur du bac gris de 120 litres d’un peu plus d’un an aura eu un impact financer important pour la Ville de Gatineau. Le comité exécutif a approuvé, mercredi, un ajustement de 562 558 $ au contrat avec Derichebourg pour la collecte des matières résiduelles.

Le contrat de 45 millions $ signé avec la multinationale européenne prévoyait l’utilisation du bac de 120 litres dès juillet 2018. Le report à septembre 2019 a eu un impact sur les coûts d’opération de Derichebourg et la Ville a été dans l’obligation de corriger la situation. «Qu’on ait dû augmenter les collectes d’encombrants et de résidus de construction a aussi eu un impact pour l’entreprise, a noté le président du comité exécutif, Cédric Tessier. On a aussi demandé à la compagnie de ramasser plus de résidus de construction que la limite le permettait.»

M. Tessier estime tout de même que la décision de reporter dans le temps certaines mesures du Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) a été bénéfique. «Ça nous a permis de faire plus de sensibilisation, a-t-il dit. On savait qu’il allait y avoir des ajustements à faire. Les six premiers mois ont été difficiles, mais plus le temps avance, plus ça se place. Le taux d’adhésion [au bac gris] est maintenant extrêmement fort.»

Le Droit révélait, il y a deux semaines, que le taux d’adhésion au bac gris atteignait maintenant 93%. Il n’était que de 50 % lors de la fin de la livraison des bacs sur tout le territoire de Gatineau.