Les sinistrés des refoulements d'égouts qui ont pu assister à la consultation publique de la semaine dernière à Aylmer cherchent toujours des réponses à leurs questions.

Refoulements d'égouts: Gatineau présente son plan d’action

Les autorités gatinoises ont présenté mardi soir les actions à court et moyen termes pour minimiser les risques de refoulements d’égouts dans le secteur Bellevue, mais des sinistrés jugent que la Ville en pellette encore beaucoup dans leur cour.

L’analyse et la planification d’un nouveau bassin de rétention au nord de l’autoroute 50 de même que des travaux d’amélioration à cinq exutoires pluviaux du secteur sont des projets qui seront présentés à l’étude du budget municipal 2019 qui doit avoir lieu plus tard cet automne.

« Évidemment, il y a certains enjeux parce qu’on devra premièrement acquérir certains terrains, certaines servitudes », a souligné Jean Audet, directeur du Service des infrastructures à la Ville de Gatineau, tout en précisant que la composition des sols et les études environnementales figurent parmi les autres éléments à considérer.

Les dossiers des branchements illégaux des drains de fondation des résidences au réseau d’égout sanitaire et l’entretien des fossés, deux importants problèmes ciblés comme étant à l’origine des refoulements d’égouts lors des pluies diluviennes du 24 juillet 2018 et du 29 octobre 2017, ont aussi été abordés par les autorités municipales lors de la réunion d’information qui a réuni quelque 225 personnes à l’école secondaire Le Carrefour. Dans les deux cas, la Ville a indiqué que la responsabilité revient au propriétaire, bien qu’elle se dit prête à évaluer sa participation du côté d’un entretien léger des fossés. D’ailleurs, dans le cadre de ses actions en cours, la Ville poursuit en continu les travaux annuels de reprofilage des fossés.

Samuel Roy, du regroupement des sinistrés des refoulements d’égouts du secteur Bellevue, s’est dit satisfait de voir que la Ville a un plan d’action pour chercher à remédier à la situation, mais il a observé que Gatineau cherche le moins possible à se compromettre côté responsabilité.

« Elle a encore peur de se faire poursuivre. Il y a toujours une retenue de sa part à ce niveau-là », a noté M. Roy. 

« La Ville nous a montré des tableaux sur les responsabilités, et c’était citoyen, citoyen, citoyen, sauf pour les fossés », a-t-il ajouté, avançant que « l’ambiguïté au niveau de la responsabilité vise à éviter une poursuite ».

« Côté plan d’action, si la Ville fait ce qu’elle dit, c’est quand même bien. C’est mieux que ce que je m’imaginais avant de venir ici ce soir », a continué M. Roy.

Des propriétaires de maison se sont questionnés sur leur responsabilité quant aux branchements non conformes, signalant que la Ville a des inspecteurs en bâtiment, et que c’est elle qui accorde des permis de construction.

« S’il y a des défauts au chapitre des branchements, je pense que c’est la responsabilité de la Ville. C’est elle qui a donné le permis de construire, qui a envoyé des inspecteurs pour vérifier après la construction. En tant que citoyen, j’ai confiance aux services de la Ville. Si quelque chose arrive, ne cherchez pas à donner la responsabilité à tous ces citoyens innocents », a lancé un propriétaire lors d’une période de questions.

Jean Audet a indiqué qu’il n’y a pas d’inspection systématique des autorités municipales pour chacune des maisons, et que la Ville fait savoir qu’il ne peut y avoir aucun raccordement dans la conduite sanitaire.

« La Ville ne peut pas faire l’inspection de toutes les notions de construction de votre maison. Ça demeure une propriété privée, et il y a des normes à respecter », a expliqué M. Audet.