Des citoyens ont pris de bonnes notes dimanche soir à l’assemblée citoyenne sur les refoulements d’égouts à Gatineau.

Refoulement d’égouts: des ingénieurs à la rencontre des citoyens

Des ingénieurs de la Ville de Gatineau rencontreront d’ici la fin septembre des victimes de refoulements d’égouts afin de répondre à leurs nombreuses interrogations. D’ici là, a assuré le conseiller Pierre Lanthier du district de Bellevue, des employés municipaux vont continuer le travail amorcé pour réduire les risques d’inondations dans les résidences lors de pluies diluviennes.

« Une bonne partie de l’équipe du réseau des aqueducs est sur le dossier. Ce ne sont pas des paroles en l’air. Les gens prennent ça au sérieux. On veut régler la situation autant que vous », a lancé le conseiller municipal dimanche soir lors de la réunion bimensuelle des sinistrés des refoulements d’égouts du quartier Bellevue.

Pourquoi les refoulements ? Qui a la responsabilité d’entretenir les fossés et les ponceaux, et qui doit payer ? Pourquoi des résidences sont-elles branchées illégalement sur le réseau sanitaire ? Quoi faire pour régler la situation des refoulements ? Comment peut-on améliorer l’écoulement d’eau ? Voilà quelques questions parmi de nombreuses auxquelles les citoyens veulent des réponses.

Des maisons ont entre autres été inondées puisque l’eau s’accumule dans des fossés où l’herbe n’est pas coupée et en raison de ponceaux bouchés. Le secteur du boulevard Lorrain est à problème avec les fossés et ponceaux puisque la responsabilité de l’entretien reviendrait, en partie du moins, au ministère des Transports du Québec (MTQ).

« Je reçois des plaintes de citoyens, et on fait des revendications au MTQ, mais s’ils ne viennent pas, que voulez-vous que je fasse », a déploré le conseiller Lanthier.

Un citoyen a recommandé que la Ville reprenne la responsabilité du nettoyage des fossés et ponceaux.

« C’est un job à deux, au pire, mais nous ne voulons pas être laissés seuls alors que nos taxes augmentent », a suggéré l’homme.

Pierre Lanthier a répliqué que le dossier sera analysé dans l’étude budgétaire municipale au mois de novembre.

Quelque 500 propriétés seraient branchées illégalement sur le réseau sanitaire dans le secteur au lieu d’être branché sur le réseau pluvial, ce qui causerait une pression sur les égouts et ultimement, des refoulements lors de pluies diluviennes.

Le conseiller Lanthier a indiqué que les personnes dont la résidence est branchée illégalement ne se verront pas remettre une amende puisque, a-t-il avancé, plusieurs d’entre elles ignorent cette situation.