Le CREDDO serait mis en charge d'un plan d'ensemble pour redévelopper les terrains inondés en 2017.

Redéveloppement des terrains inondés: le CREDDO en charge d’un plan d’ensemble ?

Le Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais (CREDDO) se verrait confier par la Ville de Gatineau la responsabilité de développer une vision d’ensemble pour la revitalisation de la centaine de terrains laissés vacants en raison des inondations historiques de 2017 qui ont notamment dévasté de grandes parties des quartiers Pointe-Gatineau et Lac-Beauchamp.

Les conseillers municipaux Jean-François LeBlanc et Myriam Nadeau demanderont au conseil municipal, ce mardi, d’adopter un protocole d’entente et une dépense de 80 000 $ pour permettre au CREDDO de développer, d’ici décembre 2019, un plan directeur d’aménagement du secteur. 

« Une fois qu’on aura un plan directeur, on pourra savoir comment on avance, quelles seront les priorités d’action et quel financement on aura à réserver, précise Mme Nadeau. Ce plan est un incontournable pour avoir une vision d’ensemble et pour arriver à quelque chose de cohérent, tant pour les citoyens qu’en lien avec les conditions hydriques et géographiques du milieu. Il faut être en mesure de commencer à parler d’argent dès l’étude du prochain budget. »

Le directeur général du CREDDO, Benoît Delage, espère vivement que le conseil donnera son aval au financement de ce protocole d’entente. L’exercice sera à la fois une occasion de « bonifier la qualité de vie des gens du secteur », dit-il, mais aussi une façon de développer de l’expertise locale pour adapter les milieux aux changements climatiques. 

« On doit bouger dans ce dossier, dit-il. Il faut se positionner pour être en mesure d’aller chercher du financement lié à l’adaptation aux changements climatiques. Il y aura des possibilités de financement provenant du fédéral qui a mis en place un programme d’infrastructures naturelles et de réhabilitation des milieux naturels. »

M. Delage souhaite développer le plan directeur en collaboration avec les citoyens du quartier. Il précise que ce quartier pourrait, à terme, devenir une vitrine technologique pour l’adaptation aux changements climatiques. 

Mme Nadeau précise toutefois qu’elle n’attendra pas le dépôt de ce plan directeur pour commencer à agir dans son quartier. Dès cet été, quelques interventions pourront avoir lieu sur certains terrains grâce à un financement de 25 000 $ provenant de son budget discrétionnaire. Le projet qui verra le jour dans les prochains mois sera précisé publiquement dans les prochaines semaines.