Les draveurs ont longtemps été les rois de la rivière en Outaouais.

Reconnaissance pour les draveurs et les cageux

Les draveurs et les cageux font un pas de plus vers une reconnaissance nationale par le gouvernement du Québec à titre de personnages historiques.

L’organisme ABC Stratégies et la Fédération histoire Québec ont officiellement déposé leur demande de désignation au ministère de la Culture et des Communications du Québec. La proposition a été jugée recevable par le ministère qui a signifié aux demandeurs, il y a quelques semaines, que l’analyse du dossier est présentement en cours.

L’artiste et médiatrice culturelle chez ABC Stratégies, Isabelle Regout, explique que la demande au gouvernement a été faite en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. Il reviendra donc à la ministre de confirmer ou non la désignation à la suite d’une recommandation des fonctionnaires.

La demande se décline en trois axes, à savoir une reconnaissance pour les « draveurs du Québec », les « cageux de l’Outaouais » et le premier train de bois mis à l’eau par Philemon Wright « Colombo 1806 ». Mme Regout précise que la tournée du Québec faite par ABC Stratégies l’année dernière a permis de conclure que les draveurs sont une source de fierté dans plusieurs régions.

« Ce sont des héros ici en Outaouais, mais aussi partout en province, dit-elle. Quant aux cageux, ils sont spécifiques à l’Outaouais. Ils partaient d’ici. Ils sont aussi, à notre avis, une envergure nationale parce qu’ils sont le symbole du passage à l’ère industrielle au Québec. On passait de l’époque de la fourrure et des coureurs des bois à celle de l’expansion de l’industrie du bois. Quant au premier train de bois Columbo 1806, il représente carrément le pivot de cette transition vers l’ère industrielle. »

Le président de la Fédération histoire Québec, Richard Bégin, est d’avis que ces trois demandes de reconnaissance répondent aux critères de la Loi parce qu’elles font référence à des éléments d’envergure nationale.

Mme Regout affirme que l’approche d’une période électorale au Québec pourrait être de nature à retarder le processus de désignation. « Nous serons patients », a-t-elle indiqué. M. Bégin soutient aussi que plusieurs dossiers peuvent stagner en période électorale. Il dit cependant voir cette campagne électorale qui approche comme une occasion de faire une annonce « belle annonce ».