Rapibus jusqu'à Lorrain: la STO a le feu vert

C’est officiel: plus d’un an après en avoir fait la demande, la Société de transport de l’Outaouais a désormais le feu vert du ministère de l’Environnement pour aller de l’avant avec la construction du tracé Labrosse-Lorrain du Rapibus, long de 2,8 kilomètres.

Le tant attendu certificat d’autorisation qui était nécessaire parce que les autobus passeront dans le parc du Lac-Beauchamp a été remis au transporteur public peu de temps avant Noël. Les prochaines étapes du processus ont donc pu être enclenchées. Le site est identifié comme un milieu écologique comprenant plusieurs espèces végétales et animales. On y retrouve une zone de tourbière et des milieux humides, entre autres. 

Le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, l’a annoncé vendredi en marge d’un point de presse sur le tourisme à Chelsea. 

Pour expliquer le délai de 14 mois avant d’obtenir la réponse de Québec, il a jeté le blâme sur le gouvernement précédent. 

«Ils ont tout ce qu’ils ont besoin. [...] La STO avait besoin de se faire confirmer qu’ils pouvaient garder le même tracé qui était prévu depuis le tout début, et c’est ce qu’on a fait. Le précédent gouvernement lui avait demandé de refaire ses devoirs, de changer le tracé. Nous, on leur a dit qu’ils pouvaient utiliser le même. Le ministère a émis le certificat après le travail qu’on a fait. Ça, c’est le bilan de notre gouvernement», a-t-il lancé. 

Cette autorisation manquante du ministère de l’Environnement a forcé la STO, rappelons-le, à retarder d’un an la mise en service de cette nouvelle portion du Rapibus. Les travaux devaient initialement se mettre en branle à l’été 2019. Comme le chantier doit s’étaler sur deux périodes estivales complètes, on ne prévoyait donc pas y voir circuler les autobus bleu et vert avant au minimum 2022. 

La présidente de la STO, Myriam Nadeau, n’avait pas caché en mai dernier que cet inattendu retard pour ce projet chiffré à plus de 34 millions $ était une «mauvaise nouvelle» pour le transporteur public. 

Pas avant 2023

Or, voilà que même si cet important document a été signé avant la prochaine saison chaude, ce nouveau corridor pourrait bien ne pas être opérationnel avant 2023. Une station sera aussi érigée dans le parc du Lac-Beauchamp. 

«Si tout va bien, nous en sommes à un horizon de travail 2023. Considérant les prochaines étapes, la première saison estivale sera l’été 2021. [...] On se réjouit d’avoir reçu le certificat d’autorisation pour le prolongement du tronçon Labrosse-Lorrain. Cette étape est franchie et nous sommes heureux de pouvoir poursuivre le dossier», indique la porte-parole de la STO, Sophie St-Pierre. 

La fin de la conception des plans et devis, l’autorisation gouvernementale et les appels d’offres sont les prochaines étapes clés pour la concrétisation du projet qui devait au départ devenir réalité à la fin 2020. 

Malgré les retards pour la construction du tronçon routier réservé aux autobus, la STO était quand même allée de l’avant avec l’aménagement de la station sur le boulevard Lorrain ainsi que d’un stationnement de 219 places. Ces travaux, qui s’étaient amorcés à l’été 2018, sont sur le point d’achever. 

Le tracé actuel du Rapibus, qui comprend 10 stations et s’étend du boulevard Alexandre-Taché au boulevard Labrosse, a été inauguré à l’automne 2013. Selon la STO, sans le Rapibus, 440 déplacements autobus par jour s’ajouteraient sur le réseau routier. On estime aussi que 83% des voyages sur ce corridor sont à l’heure comparativement à 69 % avant sa mise en service.