Depuis le début de la crise de la COVID-19, la STO a observé une baisse d’achalandage de 85%, engendrant une perte de revenu de 3,6 M$ par mois.
Depuis le début de la crise de la COVID-19, la STO a observé une baisse d’achalandage de 85%, engendrant une perte de revenu de 3,6 M$ par mois.

Québec verse une aide d’urgence de 400 M $ aux sociétés de transport

Le gouvernement du Québec a annoncé, jeudi matin, une aide d’urgence de 400 millions $ afin de permettre aux différentes sociétés de transport collectif de la province d’éponger une partie de leurs pertes de revenus en raison de la pandémie de COVID-19.

Pour la Société de transport de l’Outaouais (STO) et la Ville de Gatineau, cette aide financière permettra de stabiliser leur situation financière. Depuis le début de la crise sanitaire, la STO a observé une baisse d’achalandage de 85 %, engendrant une perte de revenu de 3,6 millions $ par mois. Ce manque à gagner laissait entrevoir des impacts importants sur les finances municipales dont le déficit pour l’année en cours est évalué à 35 millions $. 

«C’est une excellente nouvelle, a lancé le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. À peu près 60 % du manque à gagner de Gatineau vient des pertes de revenus à la STO. La partie qui nous reviendra de ces 400 millions $ va nous permettre de faire face à 60 % du problème. Je ne pense pas que ça va couvrir l’ensemble des pertes de la STO, mais certainement une très grande partie. Ça donne beaucoup d’air. C’est un montant considérable pour les villes en général et pour Gatineau en particulier.»


« Je ne pense pas que ça va couvrir l’ensemble des pertes de la STO, mais certainement une très grande partie. Ça donne beaucoup d’air. »
Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

La moitié de l’aide d’urgence annoncée par Québec pourrait provenir du gouvernement fédéral à la suite du versement, au Québec, des sommes annoncées récemment par Ottawa. L’Union des municipalités du Québec (UMQ) salue l’annonce de Québec qui, selon l’organisation, «constitue un geste significatif». L’UMQ a récemment évalué à 1,4 milliard $ les pertes des municipalités en raison de la COVID-19. La majeure partie de ces pertes sont associées au transport en commun. 

L’autre bonne nouvelle, souligne le maire Pedneaud-Jobin, c’est la porte qu’a laissée ouverte le ministre des Transports, François Bonnardel, à offrir de l’aide supplémentaire pour les sociétés de transport en 2021. «Le ministre a été clair, chaque société devra aussi faire sa part et assumer une partie des pertes, a rappelé le maire. La STO devra faire des choix en fonction de l’achalandage. Environ 60 % de nos clients sont des fonctionnaires fédéraux. Si le télétravail continue comme ça encore longtemps, la STO devra s’adapter. Ça nous fait dire qu’on sera encore affecté en 2021, on ne sait juste pas à quelle hauteur.»