Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin,

«Québec est encore le seul contribuable à ne pas payer ses taxes»

À travers le lot de bonnes nouvelles et la pluie de millions de dollars annoncés par le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, dans son dernier budget avant les élections se trouve un silence « décevant » sur la réforme de la fiscalité des villes, dénonce le maire de Gatineau et président du caucus des grandes villes à l’Union des municipalités du Québec, Maxime Pedneaud-Jobin.

Le maire rappelle que le gouvernement du Québec est le seul contribuable qui ne paie pas pleinement ses taxes municipales.

« Québec devrait payer ses créanciers, lance-t-il. Nous déneigeons les rues, nous leur fournissons de l’eau, l’ensemble de nos infrastructures desservent les institutions publiques du gouvernement et il ne paie qu’entre 65 % et 85 % des compensations tenant lieu de taxes qu’il doit aux villes. Québec ne paie pas pour les services qu’il reçoit. »

M. Pedneaud-Jobin précise que cette façon de faire du gouvernement du Québec prive Gatineau de 4 millions $ par année. Pour les contribuables gatinois, ça représente 1 % de taxe que la Ville doit plutôt aller chercher dans les poches de ses citoyens chaque année.

« Je me souviens très bien quand le ministre Leitao a affirmé que la fiscalité municipale en place était une fiscalité du 19e siècle, note le maire. On aurait voulu au moins une ouverture de la part du gouvernement sur la fiscalité municipale en général, mais il n’y a aucune suite à ça dans le budget. C’est clairement une déception. Pour les villes, il y a urgence de moderniser la fiscalité municipale. Nous sommes unanimes à l’UMQ. Nous allons demander à tous les partis politiques de s’engager à ramener les compensations tenant lieu de taxes à 100 %. »

Pacte fiscal
En entrevue avec Le Droit, le ministre des Finances, Carlos Leitao, reconnaît que la fiscalité municipale n’est plus adaptée aux villes d’aujourd’hui et qu’« il faut trouver des moyens plus appropriés d’assurer le financement des municipalités » que la simple perception de la taxe foncière.

« L’enjeu des compensations tenant lieu de taxes fera partie des discussions entourant le prochain pacte fiscal avec les municipalités », dit-il. Il en va de même pour le point de TVQ que voudraient obtenir les villes. « Ça devrait aussi faire partie de la négociation pour le pacte fiscal en 2019, ajoute le ministre Leitao. Il y a un rôle pour nous au ministère des Finances, mais aussi pour mon collègue aux Affaires municipales qui devra, lui aussi, travailler sur ce dossier. »