Le groupe Essor centre-ville demande à l'administration, aux élus et aux citoyens d'abandonner l'idée d'une désignation patrimoniale devant englober le quartier et de plutôt procéder au cas par cas pour protéger les bâtiments qui ont réellement une valeur.

Quartier du Musée: une désignation «néfaste»

Les défenseurs du projet Place des peuples, incluant le promoteur des tours de 35 et 55 étages lui-même, Gilles Desjardins, ainsi que le candidat indépendant dans le centre-ville, Pierre Samson, sortent l'artillerie lourde pour convaincre la Ville de Gatineau et les électeurs de tourner le dos à une désignation patrimoniale du Quartier du Musée telle que défendue par le maire sortant, Maxime Pedneaud-Jobin.
Essor centre-ville, un regroupement de commerçants et de gens d'affaires officiellement fondé en juillet dernier sous l'égide de Pierre Samson dévoilera, ce vendredi matin, à 10 h, une analyse économique de l'impact d'une désignation patrimoniale du Quartier du Musée. 
Le document d'analyse de 90 pages préparé par la firme Aviseo conseil dont Le Droit a obtenu copie conclut qu'une protection patrimoniale qui s'étendrait à l'ensemble du quartier aurait un « effet néfaste sur l'économie de la Ville » et mettrait en péril des centaines de millions de dollars de retombées économiques et empêcherait la création de milliers d'emplois.
Desjardins, Dormani et cie
Selon nos informations, les hommes d'affaires Pierre Samson, Nader Dormani et Gilles Desjardins, ainsi que la famille Rosenberg, propriétaire entre autres des Terrasses de la chaudière, et le président de la firme Innovacom, André Guibord, sont parmi ceux qui ont financé la réalisation l'étude dont le coût avoisinerait les 50 000 $.
En rendant publique cette analyse économique sur la citation patrimoniale du Quartier du Musée en pleine campagne électorale, ces gens d'affaires ramènent du même coup l'épineux dossier des tours Brigil dans l'actualité.
Des millions $ en jeu
Le travail fait par la firme Aviseo est appuyé entre autres sur plusieurs indicateurs socio-économiques, des analyses de marché récentes et les impacts documentés de citations patrimoniales. 
L'étude rappelle que trois grands projets immobiliers pourraient voir le jour au cours des prochaines années dans le Quartier du Musée, à savoir Place des Peuples de Brigil, la tour Champlain du Groupe Dormani et l'agrandissement du Four Points Sheraton qui lui est déjà approuvé par la Ville de Gatineau. 
Ensemble, ces trois projets totalisent 905 unités de logement, 465 chambres d'hôtel et 12 500 m2 d'espace commercial. Ils favoriseraient la venue d'au moins 1500 résidents et l'investissement de 520 millions $. 
Aviseo conseil estime que la réalisation de ces trois grands projets représenterait, pour Gatineau, une hausse des dépenses annuelles en consommation de 45 millions $, dont 4,2 millions $ en achat de biens durables, 7,4 millions $ en dépenses alimentaires et 3 millions $ en dépenses de loisirs. 
Une désignation patrimoniale, à terme, priverait la ville de 7,6 millions $ en revenus de taxes foncières par année et empêcherait la création de près de 4000 emplois directs et indirects pendant les constructions. 
À la lumière des conclusions de l'étude et en l'absence d'une étude aussi exhaustive présentée par la Ville de Gatineau pour appuyer une citation patrimoniale, le groupe Essor centre-ville demande à l'administration, aux élus et aux citoyens d'abandonner l'idée d'une désignation patrimoniale devant englober le quartier et de plutôt procéder au cas par cas pour protéger les bâtiments qui ont réellement une valeur.
De «faits alternatifs» à impacts documentés
Le candidat indépendant dans le centre-ville, Pierre Samson, s'est fait accuser de verser dans les « faits alternatifs » par le maire Maxime Pedneaud-Jobin, le printemps dernier, lorsqu'il a brandi le spectre d'une dévaluation de la valeur foncière de certaines propriétés du Quartier du Musée si le secteur devait être protégé par une citation patrimoniale. 
M. Samson et le maire de Gatineau n'avaient cependant pas d'études précises à présenter sur les impacts économiques d'une protection patrimoniale pour un endroit comme le Quartier du Musée pour appuyer leurs prétentions. À la demande du Droit, l'équipe du maire Pedneaud-Jobin avait toutefois fourni une étude sur les impacts d'une citation patrimoniale sur la valeur foncière faite pour le compte de la Ville de Québec et réalisée en 2016 par Aviseo conseil. Il s'agit de la même firme qui aujourd'hui soutient qu'une désignation patrimoniale dans le Quartier du Musée serait « néfaste » pour l'économie de la Ville de Gatineau. 
L'étude rendue publique ce vendredi matin rappelle que « la littérature économique s'intéresse davantage à des sites ou des propriétés déjà désignés patrimoniaux » et que « la transition d'un site sans désignation à l'origine vers une confirmation patrimoniale est moins bien documentée ». 
Aviseo conseil précise que le tiers des immeubles se retrouvant dans le Quartier du Musée n'ont aucune valeur patrimoniale et que le second tiers à une valeur patrimoniale allant de faible à moyenne. « Un immeuble sans valeur patrimoniale dans un site désigné patrimonial se trouve en quelque sorte isolé, sans qualité intrinsèque, avec un usage limité, et sans possibilité de mise en valeur », soutient l'analyse. Ainsi, la perte d'usage pour certains immeubles aurait des impacts plus négatifs en somme que les avantages de la désignation patrimoniale.