Le maire sortant de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin

Quartier du Musée : Pedneaud-Jobin persiste et signe

Le maire sortant de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, persiste et signe. Des projets comme les tours Brigil, « il faut faire ça ailleurs », affirme le chef d'Action Gatineau en insistant pour « protéger le Quartier du Musée », et ce même si une analyse de la firme Aviseo conseil conclut qu'une désignation patrimoniale complète serait « néfaste » pour l'économie de la ville.
Invité vendredi à commenter l'étude commandée par Essor centre-ville et dévoilée le matin même, Maxime Pedneaud-Jobin n'adhère pas à la proposition de la firme Aviseo conseil de procéder au cas par cas pour protéger seulement les bâtiments ayant une réelle valeur patrimoniale.
« À Gatineau, en Outaouais, on a détruit une grande partie de notre patrimoine, il est temps que ça arrête, a martelé le maire sortant. Il faut qu'on le protège, et le développement économique ne se fait pas juste à cet endroit-là dans le Quartier du Musée. On n'a jamais autant construit au centre-ville que maintenant, il n'y a jamais eu autant de monde présent sur les lieux, il n'y a jamais eu autant de grands projets. [...] Le développement économique se fait même si on protège le Quartier du Musée. »
Alors que l'analyse commandée par Essor centre-ville - un regroupement fondé par le candidat indépendant dans Hull-Wright Pierre Samson - souligne que Gatineau se priverait à terme de 7,6 millions $ en revenus de taxes foncières en optant pour une désignation patrimoniale complète, M. Pedneaud-Jobin rétorque que les deux tours de 35 et 55 étages projetées par Brigil peuvent se « faire ailleurs ». « Le projet des deux tours, c'est deux fois moins de taxes que le projet Zibi, a répliqué le maire sortant. [...] Je le répète, les tours, on peut le faire, mais ailleurs. Pas besoin de menacer de détruire un des rares quartiers patrimoniaux qu'il nous reste pour faire ça. »