Parmi les principes qui veilleront à la conservation du Quartier-du-Musée, il y a la reconnaissance et la diffusion de la valeur patrimoniale de ce quartier.

Quartier-du-Musée: le passé au présent

La mise en valeur culturelle du Quartier-du-Musée au centre-ville de Gatineau devra respecter et reconnaître l’échelle humaine de ce secteur, a signifié le Service des arts de la Ville de Gatineau.

« Pour nous, c’est important de préserver et de privilégier les initiatives qui vont rendre compte du caractère résidentiel et intimiste de ce quartier », a signalé la représentante du Service des arts de Gatineau, Sonia Blouin, mercredi soir, lors de la séance publique de la Commission des arts, de la culture, des lettres et du patrimoine de la Ville de Gatineau.

Mme Blouin a d’ailleurs présenté devant les membres de la Commission et des acteurs du milieu culturel de la ville, les grands axes du plan d’action de mise en valeur du Quartier-du-Musée, qui est protégé par la citation patrimoniale de 2018.

Ces principes sont la reconnaissance et la diffusion de la valeur patrimoniale du quartier, la poursuite et le développement de démarches d’animation culturelle et patrimoniale, et la sensibilisation des citoyens à l’importance de la valeur patrimoniale du secteur.

Bien que le processus de mise en valeur en soit à ses premiers pas, le Service des arts pense notamment à des visites guidées et à un parcours théâtral comme exemples de projets d’animation.

« On souhaite que le plan de mise en valeur fasse un dialogue entre les témoins du passé et les éléments plus contemporains », a précisé Mme Blouin.

Les responsables se donnent deux à trois ans pour le développement des axes du plan d’action. Toutefois, des intervenants du milieu culturel croient qu’il faut agir rapidement afin de garder l’intérêt du public et du secteur des arts pour le quartier.

La compagnie de théâtre Dérives urbaines, qui organise des parcours guidés en collaboration avec la Société d’histoire de l’Outaouais, a préparé un avant-projet pour le développement d’un concept de parcours pour le Quartier-du-Musée avec des personnages de différentes époques du quartier.

Selon le directeur général de Dérives urbaines, André Rousseau, le Quartier-du-Musée, a énormément de potentiel.

« Nous aimerions beaucoup contribuer à faire mieux connaître le quartier », a indiqué M. Rousseau.

Le président de la Société d’histoire de l’Outaouais, Michel Prévost, a proposé que des bornes soient installées afin de délimiter les frontières du quartier pour que les gens sachent qu’ils entrent dans le secteur. Des panneaux d’interprétation sont aussi essentiels, aux yeux de M. Prévost.

Claude Royer, de l’Association des résidents du Quartier-du-Musée, a précisé que les citoyens et les propriétaires du secteur sont très disposés à accueillir les gens qui visiteront le quartier ou qui assisteront à une représentation théâtrale.

« Il n’y a pas de réserve de ce côté-là. Il y a une ouverture. La porte est ouverte », a-t-il dit.

La présidente de la Commission, Isabelle N. Miron, s’est dite décidée à ce que des activités aient lieu dès cet été.

« Le théâtre Dérives urbaines fait déjà une visite guidée dans le Vieux-Hull. S’ils sont prêts à nous proposer un circuit Quartier-du-Musée, nous allons leur donner le feu vert. On va les soutenir. On veut que les gens viennent visiter le quartier dès l’été », a précisé Mme N. Miron.

« La Ville n’a pas besoin de réinventer la roue. Les organismes sont là et ils sont prêts. On va les soutenir, faire des partenariats. C’est toujours plus gagnant quand on fait des ponts », a-t-elle continué.