Gilles Desjardins a toujours entretenu le flou sur l’allure architecturale du projet déposé, à savoir s’il s’agissait des tours dessinées par l’architecte Douglas Cardinal (sur la photo) ou les premières esquisses dont la ressemblance avec l’immeuble Peterson, à Montréal, est frappante.

Projet des tours: Gatineau n’a pas tout en main

L’éléphant dans la pièce, celui qui sera en filigrane de toutes les discussions entourant le débat sur la protection patrimoniale du Quartier du musée, le projet Place des peuples, n’est pas suffisamment étoffé pour être présenté dans son ensemble au conseil municipal.

Le président du Comité exécutif de la Ville de Gatineau, Gilles Carpentier, confirme que « non », le service de l’urbanisme n’a pas en main « tout ce qui est nécessaire pour analyser le projet des tours ». Il corrige ainsi les propos du président du Comité consultatif d’urbanisme, Jocelyn Blondin, qui affirmait à Radio-Canada, la semaine dernière, que l’administration avait tous les documents pertinents en main. Il se disait d’ailleurs confiant de voir le conseil se prononcer dès juin sur le projet des tours.

M. Carpentier précise que le promoteur Gilles Desjardins a cependant déposé toute la documentation obligatoire pour demander une modification du zonage des terrains visés par son projet de tours. L’administration précise avoir les éléments en place pour compléter l’analyse de conformité de la demande au plan d’urbanisme, au règlement de zonage et aux dispositions spécifiques au règlement relatif au plan d’implantation et d’intégration architecturale. « Cette phase est une première étape », précise le service de l’urbanisme.

M. Desjardins a toujours entretenu le flou sur l’allure architecturale du projet déposé, à savoir s’il s’agissait des tours dessinées par l’architecte Douglas Cardinal ou les premières esquisses dont la ressemblance avec l’immeuble Peterson, à Montréal, est frappante.

Tout semble indiquer que c’est cette dernière version du projet qui a été officiellement présentée à l’urbanisme.

La demande du promoteur ne peut que concerner les terrains dont il est propriétaire. Le Collège Saint-Joseph n’a pas l’intention de plier et veut conserver son terrain de stationnement qui est visé par le promoteur.

Le projet présenté par Douglas Cardinal présentait une infrastructure qui venait s’appuyer en partie sur ce terrain.