Le président du comité exécutif, Gilles Carpentier

Programme culture et loisirs: la Ville ne largue pas la version papier

La Ville de Gatineau met un frein à son plan d’éliminer complètement l’impression papier de son programme culture et loisirs tel que prévu dès l’hiver prochain.

Le virage web mis de l’avant par le conseil municipal en 2015 a jusqu’ici permis à l’administration municipale de dégager des économies récurrentes annuelles de 160 000 $. Le nombre de copies imprimées et distribuées est passé de 105 000, il y a trois ans, à 16 000 aujourd’hui. Ces copies sont maintenant uniquement disponibles dans une trentaine de points de services et dans les bibliothèques municipales. 

Les fonctionnaires et les élus conviennent toutefois que la copie papier demeure un « bon moyen » de valoriser l’offre de la Ville et favorise l’accessibilité de l’information aux populations vulnérables. De fait, les dernières statistiques concernant l’accès des ménages à Internet datant de 2012 estiment à 15,9 % le taux des ménages gatinois qui ne sont pas branchés à Internet. 

« Nous avons encore comme objectif de réduire nos coûts d’impression en faisant un suivi rigoureux des copies papier distribuées et en réduisant l’épaisseur du programme », a indiqué le directeur du service des loisirs de la Ville de Gatineau, Yess Gacem. 

Le président du comité exécutif, Gilles Carpentier, a rappelé que ce virage vers le numérique s’est réalisé dans le cadre de la révision des dépenses et des services. « Le nombre d’inscriptions n’en souffre pas, alors je crois que ça confirme que nous faisons la bonne chose, au bon rythme », a-t-il affirmé.