Selon le directeur général du CREDDO, Benoît Delage, les îlots de chaleur dans le centre-ville de Gatineau peuvent faire grimper la température ambiante de 4 à 8o C.

Près de 2000 arbres pour reverdir le centre-ville de Gatineau

EXCLUSIF / Reverdir le centre-ville de Gatineau en faisant passer son indice de canopée (couvert végétal) de 16 % à 21 % d’ici 2025 nécessiterait la plantation de près de 2000 nouveaux arbres et de plus de 6000 m2 d’arbustes, révèle le plan de match proposé par le Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais (CREDDO).

L’organisme s’est affairé, depuis un an, à réaliser un inventaire méticuleux des emplacements où il serait pertinent de planter des arbres. Une marche exploratoire avec les élus municipaux dans les rues du centre-ville avait d’ailleurs eu lieu en avril 2018. Le rapport final du projet Air-ou-Vert dont Le Droit a obtenu copie en exclusivité évalue à 1,4 million $ l’investissement nécessaire pour atteindre l’objectif fixé. 

Malgré ces ajouts, l’Île-de-Hull serait encore loin de pouvoir rivaliser avec les centres-ville de Montréal et Québec au chapitre de la verdure. Ces deux villes qui font aussi des efforts de verdissement afficheront un indice de canopée de respectivement 25 % et 32 % d’ici deux ans. 

Laurence Coulombe, responsable du projet au CREDDO, précise qu’une liste d’espèces de végétaux a déjà été identifiée, notamment avec la collaboration de l’Institut des sciences de la forêt tempérée (ISFORT). « Le choix des espèces se fera en fonction des particularités et des besoins des sites où nous souhaitons les planter, explique-t-elle. On veut aussi profiter du projet pour diversifier notre forêt urbaine. Chaque espèce offre quelque chose de particulier, que ce soit des racines qui stabilisent le sol ou une capacité d’absorption de polluant. La diversité permet aussi à la forêt urbaine d’être plus résiliente face à certains problèmes ou invasions comme celle de l’argile du frêne. » 

Le CREDDO a identifié trois secteurs où il souhaite agir en priorité. Ainsi, explique Mme Coulombe, les premières actions se concentreront aux endroits où la population est la plus vulnérable, notamment où il y a une concentration de personnes âgées et de ménages à faible revenu. « Ces gens habitent souvent dans des logements mal adaptés aux grandes chaleurs et aux changements climatiques », ajoute le directeur général du CREDDO, Benoît Delage. De fait, le CREDDO a évalué que les îlots de chaleur dans le centre-ville de Gatineau peuvent faire grimper la température ambiante de 4 ˚C à 8 ˚C dans un secteur. 

La majorité des arbres pourront être plantés à des endroits ou le sol est déjà végétal. Toutefois, la plantation de près de 250 arbres nécessitera des modifications aux infrastructures municipales ou encore la déminéralisation du sol. 

La participation des institutions publiques, des entreprises privées et des résidents sera aussi nécessaire pour atteindre l’objectif fixé par le CREDDO, note M. Delage. De fait, l’indice de canopée ne pourra pas grimper plus de 2 % ou 3 % si seuls les terrains municipaux sont mis à contribution. En ce sens, la mobilisation de tous les acteurs présents dans le centre-ville sera nécessaire. 

L’organisme se donne le reste de l’année pour ficeler le montage financier et terminer la planification du projet. Des premières actions pourraient ainsi être observables au printemps 2020. 

Le CREDDO lancera le 16 avril prochain sur le site change.org une pétition afin d’inviter les citoyens à appuyer le projet de verdissement du centre-ville.