La chaleur intense des derniers jours a fait jaunir les pelouses dans la région.

Plus de 300 Gatinois pincés pour une infraction liée à l'arrosage

Plus de 300 constats d’infraction ont été remis, depuis le début mai, à des citoyens contrevenant au règlement municipal gatinois sur l’utilisation de l’eau.

La phobie du gazon jaunissant a sans doute poussé certains citoyens à défier le règlement municipal en utilisant des arroseurs mécaniques en période où cela est interdit.

En temps normal, pour tout le territoire de Gatineau, deux préposés travaillent le jour et trois autres le soir pour assurer le respect du règlement sur l’arrosage. « En temps de sécheresse, comme c’est le cas en ce moment, trois préposés sont appelés à travailler les fins de semaine afin d’effectuer davantage de surveillance », précise le service des communications de la Ville. Cette surveillance accrue était en place pour les fins de semaine de la fête du Canada et des 7 et 8 juillet, et le sera encore en fin de semaine.

La Ville précise que des constats sont donnés « seulement si le préposé constate lui-même une infraction ». Pour une première infraction, les citoyens fautifs sont passibles d’une amende de 200 $, à laquelle s’ajoutent des frais d’administration.

Le 30 juin et le 1er juillet, un total de 53 constats d’infraction ont ainsi été remis à des citoyens ne respectant pas les dispositions du règlement municipal sur l’arrosage. Le week-end suivant, 44 constats de la sorte ont été donnés.

De l’entrée en vigueur du règlement (le 1er mai) jusqu’au 11 juillet, 329 constats ont ainsi été remis à des citoyens arrosant sans en avoir le droit. Cela signifie l’imposition d’amendes totalisant près de 66 000 $.

Dans le cas des avis de courtoisie, ils sont remis aux citoyens qui ne sont pas pris en flagrant délit. C’est donc le cas lorsqu’une dénonciation est faite au 3-1-1 et que le préposé se présente sur place alors que l’arrosage n’est plus en cours. Depuis le 1er mai, de tels avis ont été remis 122 fois.

Maintien des réserves

La Ville indique que malgré la canicule, elle a réussi, depuis le 25 juin, à maintenir ses six réservoirs d’eau potable pleins.

« Les réserves se remplissent au maximum seulement entre 23 h et 3 h, puisque la consommation d’eau des citoyens n’a pas diminué malgré la sécheresse, notent les autorités municipales. Les Gatinois n’ont pas changé leurs habitudes afin d’aider au maintien des réserves d’eau potable. »

Si jamais la Ville n’arrive pas à remplir suffisamment ses réserves, l’interdiction de l’arrosage mécanique serait « la première action à poser pour économiser l’eau ».

En fonction de leur adresse (paire ou impaire), les résidents de Gatineau peuvent faire de l’arrosage mécanique trois fois par semaine, entre 3 h et 5 h la nuit. Cette pratique est tellement utilisée « que le débit d’eau entre 3 h et 5 h est le même qu’en début de soirée vers 17 h », indique la Ville.

Il est par ailleurs permis en tout temps, sauf les lundis, de procéder à de l’arrosage manuel, au lavage des véhicules et au remplissage d’une piscine. 

Il est aussi possible d’obtenir un permis, au coût de 15 $, pour avoir le droit d’arroser mécaniquement une nouvelle pelouse pendant deux heures par jour, pour deux semaines.

L’arrosage d’une entrée, d’un trottoir ou d’une rue est pour sa part interdit en tout temps.

+

L'EAU COULE VITE

  • En période estivale, chaque Gatinois consomme de 600 à 880 litres d’eau sur une base quotidienne. Cela représente, pour une famille de quatre personnes, l’équivalent de 22 baignoires pleines chaque jour. À l’été, la consommation d’eau augmente d’environ 100 litres par personne par jour.
  • Un boyau d’arrosage laisse couler 1000 litres d’eau en une heure, «soit l’équivalent de ce qu’une personne boit en trois ans».
  • Un robinet normal laisse couler en moyenne 13,5 litres d’eau par minute. Fermer le robinet en se brossant les dents permet donc de réduire la consommation d’eau de quelque 6000 litres par année.

Source: Ville de Gatineau