Le conseiller Cédric Tessier demande un budget de 250 000 $ pour financer un office de consultation publique indépendant.

Plus de 225 000 $ par an demandés pour un office de consultation publique

Les élus gatinois ont terminé de déposer au comité exécutif, mardi, leurs demandes budgétaires en prévision de la prochaine année. Tel qu’annoncé il y a quelques semaines, le conseiller Cédric Tessier a inscrit une demande budgétaire de 225 000 $ qui permettrait, selon lui, de boucler le financement d’un éventuel office de consultation publique indépendant.

«Selon moi, c’est impossible de faire ça à coût nul, a-t-il réitéré, mercredi matin. Il faudrait donc augmenter les budgets et j’ai fait une demande en ce sens. Pour moi, c’est une priorité qu’on règle ce dossier en 2019.»

Pour préciser sa demande budgétaire, M. Tessier explique s’être appuyé sur le budget de l’Office de consultation publique de la Ville de Montréal qui avoisine 2 millions $ par année. «On a le huitième de la population de Montréal ici, alors ma demande se chiffre à 225 000 $», a-t-il précisé. Ce dernier n’a pas voulu s’avancer sur le budget total de fonctionnement d’un éventuel office de consultation à Gatineau, mais il a laissé entendre que les sommes octroyées au privé et dépensées à l’interne pour réaliser des activités de consultation seraient rapatriées pour financer le futur organisme indépendant.

Quant à la possibilité d’assujettir ou à tout le moins inviter la Société de transport de l’Outaouais (STO) à profiter des services d’un éventuel office de consultation publique tel qu’évoqué dans Le Droit, mercredi, par les conseillers Daniel Champagne et Gilles Carpentier, le conseiller Tessier affirme ne pas avoir fait cette réflexion. «Je sais qu’à Montréal, d’autres municipalités environnantes font appel à l’office de consultation, comme la Société de transport de Montréal (STM), a-t-il souligné. Je pense qu’on peut avoir un modèle où un office de consultation pourrait aller chercher d’autres clients publics ou privés.»