Le président du comité exécutif de la Ville de Gatineau, Cédric Tessier

Place des Pionniers: les opposants montrés du doigt

Le président du comité exécutif de la Ville de Gatineau, Cédric Tessier, questionne la cohérence des quatre élus qui se sont opposés, mardi, au projet de 44 millions $ pour démolir Place des Pionniers et construire un nouvel immeuble de trois étages, dont deux abriteront la future bibliothèque Lucy-Faris.

M. Tessier a rappelé, mercredi matin, que les élus avaient voté à l’unanimité en faveur de la démolition de Place des Pionniers, il y a un an, et de donner le mandat à l’administration de développer un projet autour de 40 millions $ et qui comprendrait au moins deux étages pour la future bibliothèque ressource. «Nous étions tous d’accord, dit-il. À l’unanimité. On arrive un an plus tard avec un projet de trois étages qui n’est pas juste une bibliothèque pour 44 millions $. Et tout d’un coup, des élus ne sont plus d’accord.»

Les conseillers Jocelyn Blondin, Louise Boudrias, Jean Lessard et Marc Carrière ont voté contre le projet soumis au conseil mardi soir. Du nombre toutefois, seul Jocelyn Blondin avait voté en faveur de compléter le plan de financement du plan de déploiement des bibliothèques et de le porter à 46 millions $ lors de l’adoption du budget 2018.

À LIRE AUSSI: Projet de 44 millions$ pour remplacer Place des Pionniers

>>> Lucy-Faris: Gatineau refuse le sociofinancement

>>> «Ça fait cher pour une bibliothèque»

«Pas me pervertir»

Au moment d’affirmer son vote, mardi, le conseiller Gilles Carpentier a expliqué sa position en se basant sur ses «valeurs de cohérence» dans ses décisions. «J’ai voté en faveur de la démolition de Place des Pionniers et pour la construction d’un nouvel édifice [il y a un an], donc je ne vais pas me pervertir en disant que je vais voter contre aujourd’hui», a-t-il lancé, avant de voter en faveur du projet. 

M. Carpentier affirme qu’au bout du compte, ce n’est pas pour une bibliothèque que votait le conseil mardi. «On règle un problème d’un édifice pour lequel il y a 26% de vacance, mais pour lequel on dépense 100%, a-t-il souligné. C’est une incohérence administrative et de dépenses publiques. La décision qu’on prend aujourd’hui on lui accole l’étiquette de bibliothèque, mais à la fin, ce n’est pas ça. On règle la démolition d’un édifice dysfonctionnel et on le remplace par un édifice qui servira en partie à une nouvelle bibliothèque dans un secteur en croissance.»

Le conseiller Mike Duggan a pour sa part remercié particulièrement le maire Maxime Pedneaud-Jobin et M. Tessier pour leur travail dans ce dossier. «Je les remercie pour leur persistance dans ce dossier sans laquelle on ne serait pas rendu là, a-t-il dit. Malgré la charge de travail, ils n’ont jamais mis de côté ce projet et j’en suis vraiment reconnaissant.» En 2017, M. Duggan s’était ligué avec l’ancienne conseillère Josée Lacasse pour que le conseil accepte de dépenser immédiatement, juste avant les élections, le solde de 8 millions $ dans l’enveloppe réservée aux bibliothèques, quitte à réaliser un projet de bien moins grande envergure. Le conseil avait rejeté la proposition.