La Place des Pionniers, dans le secteur Aylmer, sera jetée à terre et reconstruite.

Place des Pionniers croulera sous le pic des démolisseurs

Le conseil municipal de Gatineau vient de signer l’arrêt de mort de l’édifice place des Pionniers.

Réunis en comité plénier, jeudi, les élus ont pris une décision qui aura des effets à long terme dans le cœur d’Aylmer. Le conseil a d’abord décidé à l’unanimité de mettre au rancart le projet de l’ancien conseil qui prévoyait la construction de la nouvelle bibliothèque Lucy-Faris à côté de la piscine Paul-Pelletier, sur la rue Fraser.

La future bibliothèque Lucy-Faris sera finalement reconstruite sur son site actuel, au 115, rue Principale, une fois que l’immeuble qui l’abrite, place des Pionniers, aura été jeté à terre par les démolisseurs. L’administration doit revenir au conseil en janvier 2019 avec des scénarios de relocalisation des activités qui ont actuellement lieu dans cet édifice, ainsi que des modèles d’affaires pour la construction d’un nouvel immeuble signature multi-usage.

Les problèmes de place des Pionniers sont connus depuis longtemps. L’administration a révélé, jeudi, que 19 études, expertises et inspections structurales réalisées depuis 1999 viennent essentiellement toutes aux mêmes conclusions. L’immeuble est mal conçu et sa capacité portante présente d’importantes faiblesses. La situation est telle que le quart de l’immeuble ne peut pas être utilisé. Il en coûterait près de 18 millions $ uniquement pour renforcer ses fondations, et ces travaux n’augmenteraient en rien la durée de vie utile de l’édifice. Le conseil est venu à la conclusion qu’il fallait en finir.

« Je pense qu’on est devant une opportunité, a indiqué le président du comité exécutif, Gilles Carpentier. Nous ne sommes plus uniquement devant un enjeu de bibliothèque, mais devant l’avenir d’un édifice. Il y a un coût à ne rien faire. Nous avons la possibilité de construire là quelque chose en fonction des besoins et de l’avenir de ce secteur. »

Les détails du projet à venir seront précisés en janvier prochain, mais les principes généraux concordent avec les attentes rendues publiques dans Le Droit par les élus du secteur Aylmer. Ces derniers souhaitent d’abord que la future bibliothèque demeure au même endroit et sont en faveur de la construction d’un bâtiment signature qui pourrait en même temps répondre aux besoins de l’administration municipale, des organismes communautaires et du secteur privé.

« Je suis vraiment contente qu’on puisse garder la bibliothèque dans le cœur d’Aylmer, a indiqué la conseillère du quartier, Audrey Bureau. C’est ce que les gens voulaient. Là, on avance dans ce dossier. On pourra avoir un concours architectural et un comité de citoyen qui pourra aider à déterminer les usages du nouveau bâtiment. »

Les premières estimations très préliminaires données par l’administration indiquent qu’une dépense d’environ 55 millions $ serait nécessaire pour démolir et reconstruire un bâtiment multifonctionnel de quatre étages. Le maire Maxime Pedneaud-Jobin affirme qu’il est encore trop tôt pour parler d’argent dans ce dossier. Une somme de 22 millions $ a déjà été réservée pour la future bibliothèque Lucy-Faris.

Ces sommes pourront permettre de lancer les premières étapes du projet. Le financement de tout le projet devra être analysé ultérieurement.

« Il y a différents modèles d’affaires qui pourraient nous permettre d’éviter beaucoup de coûts, a-t-il indiqué. Il y a l’enjeu de la bibliothèque, mais aussi celui de place des Pionniers. L’argent n’aurait pas à venir uniquement du plan de déploiement des bibliothèques. Il y a une part qui pourrait venir du plan d’immobilisation et de l’enveloppe pour l’entretien de nos édifices. Une décision budgétaire n’est ni possible ni nécessaire dans ce dossier en novembre prochain. »