Le conseiller spécial chez Brigil, Yves Ducharme (droite), et le promoteur du projet Place des peuples, Gilles Desjardins (gauche)

Place des peuples: pas assez de place pour une bonne intégration

Protection patrimoniale du quartier du Musée ou pas, des obstacles énormes se dressent devant le promoteur Gilles Desjardins pour la réalisation de son projet Place des peuples. La réglementation en place pour préserver le cadre bâti du secteur, le gabarit des bâtiments voisins et la grandeur des terrains dont il a le contrôle, donc l’espace sur lequel il peut réaliser son projet, représentent de « grands défis » en termes de conception et d’intégration architecturale.

 « Si j’étais architecte, je ne suis pas certaine que je voudrais tenter de les relever », a ajouté la directrice du module de l’aménagement du territoire de la Ville de Gatineau, Catherine Marchand. 

Certains des plans présentés à la population par Brigil pour son projet Place des peuples, notamment ceux de l’architecte Douglas Cardinal, étaient faisables dans la mesure où M. Desjardins avait en sa possession tout le quadrilatère sur lequel il projette ses immeubles iconiques. Or, ce n’est pas le cas. Plusieurs terrains ne lui appartiennent pas, notamment le stationnement du Collège Saint-Joseph, et l’immeuble patrimonial de l’ancien Henri Burger dont il a perdu le contrôle pour un achat éventuel. 

« On avait une option d’achat sur le Café Henri Burger, on voulait le préserver, mais on ne peut pas soumettre un projet qui englobe le Henri Burger avec la plaza devant le musée comme on le voulait parce qu’on ne contrôle pas ce terrain, a confirmé le conseiller spécial chez Brigil, Yves Ducharme. On avait une option d’achat, mais on n’a pas relevé les conditions. »

Mme Marchand a aussi confirmé, mardi, que la mouture du projet dessiné par Douglas Cardinal n’a pas été soumise à la Ville avec les documents liés à la demande de changement au plan d’urbanisme et de zonage. 

« Le projet de M. Cardinal se faisait sur un beaucoup plus grand nombre de terrains dont le promoteur Brigil n’est pas propriétaire ou n’a pas le contrôle pour l’achat », a-t-elle précisé. 

La possibilité pour Brigil de réaliser un projet comme celui du Four Points, où les étages en hauteur sont en retrait des premiers paliers pour conserver une échelle humaine est pratiquement impossible à réaliser, a ajouté Mme Marchand. 

« Le Four Points avait un très grand îlot pour construire son projet et ça lui donnait la possibilité de reculer des étages. Il n’y a pas de place ici [sur les terrains de Brigil] pour reculer des étages et jouer avec des modules en hauteur. »

M. Ducharme précise que la possibilité existe du côté de la rue Notre-Dame en intégrant un certain nombre de maisons aux tours. 

« Mais pourquoi ne pas juste se donner la chance de travailler les esquisses, jouer avec les concepts et faire appel à des professionnels ? », propose l’ancien maire de Gatineau.  

COMMENT ÉCRIRE « QUARTIER DU MUSÉE » ?

Le quartier du secteur Hull qui fait l’objet de débats autour de la pertinence de lui accorder une citation patrimoniale était auparavant écrit «quartier du Musée» dans les documents de la Ville de Gatineau. 

Les autorités municipales, lorsqu’elles évoquent le projet de site patrimonial, écrivent maintenant «Quartier-du-Musée». Le regroupement de citoyens qui s’oppose à la construction des tours du promoteur Brigil utilise pour sa part la forme «Quartier du Musée».

Le Droit a fait appel à l’Office québécois de la langue française (OQLF) afin de déterminer quelle est la forme à utiliser.

L’OQLF indique que «la forme appropriée du nom du quartier dans un texte est quartier du Musée». «La majuscule ne s’applique pas puisqu’on ne fait pas référence à une personne morale», ajoute l’OQLF, qui précise que sa réponse «ne constitue pas un avis officiel au sens de la Charte de la langue française».

L’OQLF souligne toutefois que «la forme Quartier-du-Musée serait adéquate si on fait référence à un périmètre protégé». Alors que les élus gatinois doivent se prononcer le 28 août prochain sur le projet de citation patrimoniale, l’OQLF précise donc que «si ce projet est approuvé, la forme à utiliser serait site patrimonial du Quartier-du-Musée».

Avec Justine Mercier, Le Droit