Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, se dit «ouvert à l’idée» à accueillir «une ou plusieurs» succursales de la future Société québécoise du cannabis (SQC) sur son territoire.

Pedneaud-Jobin prêt à accueillir «une ou plusieurs» succursales

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, se dit «ouvert à l’idée» à accueillir «une ou plusieurs» succursales de la future Société québécoise du cannabis (SQC) sur son territoire.

Des représentants de la Société des alcools du Québec (SAQ) qui a été mandatée par le gouvernement pour la mise en place du réseau de vente et de la mise en marché légale du cannabis au Québec ont rencontré la Ville de Gatineau, il y a quelques semaines, dans le but d’explorer l’intérêt de la municipalité pour accueillir l’une ou plusieurs des succursales de la SQC.

«Le maire est ouvert à l’idée d’avoir une ou plusieurs succursales à Gatineau, mais ensuite ça dépendra des modalités et elles doivent encore être précisées», a fait savoir son attachée de presse, Laurence Gillot. Vingt succursales pour tout le Québec viendront appuyer la première phase d’implantation de la SQC une fois que le cannabis aura été officiellement légalisé par le gouvernement fédéral.

La Ville de Gatineau amorcera d’ailleurs ses travaux dans ce dossier, jeudi, lors de la toute première réunion de la commission Gatineau, ville en santé. La présidente de la commission, Renée Amyot, a fait savoir qu’une réflexion sur la portée de la légalisation doit d’abord être faite. Gatineau devra ensuite prendre des décisions réglementaires, notamment sur les endroits où il sera possible de consommer et sur la localisation des succursales de la SQC. Gatineau souhaite avoir abattu tout ce travail d’ici le 1er juillet prochain.

«Nous serons, à cette commission, les porteurs de la réflexion dans ce dossier, a indiqué Mme Amyot. Les travaux se feront à partir de la commission Gatineau, ville en santé, mais nous allons aussi consulter toutes les autres commissions impliquées dans ce dossier.»