«L'objectif de ces rencontres, c'est pédagogique à deux sens», affirme le maire Maxime Pedneaud-Jobin.

Pedneaud-Jobin en tournée des quartiers

S'éloigner d'un tableau permet généralement d'en obtenir une vision d'ensemble. Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, semble également croire à l'importance des détails pour mieux apprécier l'oeuvre.
«Comme maire, souvent, je suis dans les grands enjeux. Je suis dans les projets de quartier qui sont plus importants, mais il y a parfois des dynamiques, des lieux où c'est intéressant d'aller voir plus directement et de prendre le temps d'en parler pour que je maîtrise mieux le dossier», affirme M. Pedneaud-Jobin.
C'est avec cet objectif en tête que le maire se lance dans une série de visites de quartier qui doivent avoir lieu au cours des prochains mois, la première dans le secteur Hull, le 29 octobre.
Une journée typique sera ainsi composée d'une visite des quartiers d'un secteur en après-midi, accompagné par le conseiller municipal local, et d'une assemblée publique en soirée où le maire répondra aux questions des citoyens.
Malgré les divisions qui s'installent au conseil municipal, le maire s'attend à ce que tout le monde y participe.
«Tout le monde a intérêt à ce que le maire connaisse bien les enjeux du secteur. On ne sera peut-être pas d'accord sur les solutions, mais que je connaisse les enjeux, c'est dans l'intérêt de tout le monde.»
Habitué de la formule
Maxime Pedneaud-Jobin soutient être un habitué de la formule des assemblées publiques pour en avoir organisé plusieurs alors qu'il était conseiller de Buckingham. Il parle d'un exercice qui contient «un certain degré de risque» mais qui, au final, profite à tous.
«C'est des gens qui posent des questions au maire par rapport à ce qui se passe à la Ville. On a le temps de poser la question et on a le temps d'y répondre, explique M. Pedneaud-Jobin. L'objectif de ces rencontres, c'est pédagogique à deux sens. Moi, j'apprends plus ce qui préoccupe les citoyens et les citoyens comprennent un peu mieux mon travail.»
D'ailleurs, en commençant l'exercice dans le secteur Hull, le maire de Gatineau s'attend à être bombardé de questions sur le projet de Brigil dans le quartier du Musée. Cependant, ça ne signifie pas nécessairement qu'il sera prêt à livrer sa position sur le dossier.
«Souvent, ce qui est intéressant, c'est d'expliquer aux gens la démarche, affirme Maxime Pedneaud-Jobin. Souvent, le citoyen voit juste la prise de position et l'absence de prise de position. Dans un échange comme ça, ça permet d'aller un peu plus loin et de dire, voici ce qui se passe. Je dois parler à tel groupe, le promoteur va faire telle chose, il n'y a pas de projet déposé encore, je dois analyser tel aspect. C'est très pédagogique.»