Le maire de Gatineau lors de sa visite au centre de dons pour les sinistrés, mardi.

Pedneaud-Jobin annule son voyage en Espagne et rend hommage aux Gatinois

L’ordre du jour de la séance du comité exécutif semblait bien futile, mercredi matin, à Gatineau. Les lendemains de la tornade de vendredi dernier, continuent de mobiliser bien des forces vives et de l’énergie de la part de l’administration municipale.

Les traits tirés et émotif par moment, le maire Maxime Pedneaud-Jobin a indiqué que les choses se replacent peu à peu, mais que des moments difficiles restent encore à passer. « Il y aura moins d’opérations sur le terrain et il risque d’y avoir un peu moins d’intérêt médiatique, a-t-il dit. Ce qu’on a vu l’an passé [lors des inondations] c’est que c’est à ce moment-là que les sinistrés se sentent un peu abandonnés. Moi je veux que les sinistrés sachent qu’on est là et qu’on va continuer d’appuyer les partenaires comme la Croix rouge. »

Le maire de Gatineau a annoncé qu’il annulait son voyage à Bilbao, en Espagne. Il devait partir vendredi afin de participer au 4e Forum mondial de l’économie sociale. Il devait s’adresser à l’ensemble des délégués lors d’une conférence. C’est la conseillère Maude Marquis-Bissonnette qui le remplacera. « On envoie le message aux sinistrés qu’on va rester mobilisés jusqu’à la fin, jusqu’à ce qu’ils soient dans une situation correcte. »

La dernière mise à jour de la situation publiée par la Ville dénombre 216 sinistrés qui reçoivent une aide au logement dont 150 sont à l’hôte. Le centre communautaire Père-Arthur-Guertin a reçu 66 sinistrés la nuit dernière. 

Dans les secteurs touchés, la reconstruction s’organise. « Là, on est beaucoup en appui aux propriétaires, explique le maire. On a une ligne spéciale sur notre site Internet pour orienter les entreprises qui veulent contribuer à la force de frappe, au travail. » Le service de l’urbanisme a aussi mis en place une cellule pour accélérer le processus démolition et construction dans les zones touchées.  

Du logement stable

Les sinistrés se posent encore énormément de questions sur la suite des choses. 

M. Pedneaud-Jobin admet qu’il demeure difficile de trouver des endroits pour reloger rapidement ceux qui n’ont plus de toit. « Il faut surtout stabiliser le logement à long terme, insiste-t-il. C’est ça l’important. Je vais le répéter 100 fois parce que c’est ça que les sinistrés veulent. »

La Ville de Gatineau a par ailleurs annoncé que deux sites temporaires de collecte de courrier de Postes Canada seront aménagés pour les sinistrés au 120, rue Edmonton, ainsi qu’au 16, rue Bériault. 

Hommage

Le maire Pedneaud-Jobin a aussi tenu à « rendre hommage » aux Gatinois, pour leur générosité et leur entraide dans cette nouvelle crise qui vient de les frapper. « J’ai rencontré beaucoup de sinistrés qui étaient très heureux et soulagés de ça », a-t-il affirmé. 

Loin d’être surpris, le maire a rappelé que les Gatinois n’en sont pas à une première démonstration de solidarité. 

« On l’a vu de façon extraordinaire la dernière fois, rappelle-t-il. Je suis encore ému quand je pense à quand je suis rentré dans l’aréna et qu’il y avait des gens partout qui contribuaient. On est dans un monde où on prétend que les gens sont individualistes et tout ça. Il y a une part de vrai où des fois on ne pense pas en communauté, mais quand ça va mal, les Gatinois sont solidaires, ensemble, on se tient serrés. »

Il a été particulièrement touché par ce couple de personnes âgées dont la dame parlait de « son ange ». C’était un autre sinistré qui aidait le couple, a expliqué le maire. 

« Il était en forme, seul, sans famille à s’occuper, et il ne les a jamais lâchés. Il a été avec eux dès le tout début. Des exemples comme ça, il y en a des tonnes. »