Alors que le climat se réchauffe, la Ville de Gatineau tente de trouver des moyens de maintenir ses patinoires extérieures en opération.

Patinoires: Gatineau veut contrer les changements climatiques

Les changements climatiques sont bien réels et ont eu des effets comme jamais auparavant, l'hiver dernier, sur la saison de patinage à Gatineau.
La situation est telle que le conseil municipal a mandaté, mardi, le service des sports et loisirs afin d'analyser des alternatives pour maintenir des patinoires extérieures alors que le climat se réchauffe. 
Au cours des quatre dernières années, le nombre de jours propices à l'arrosage des surfaces glacées a diminué de 67 %. De fait, 39 jours avaient été propices à l'arrosage au cours de la saison de patinage 2013-2014. La situation n'a fait que se détériorer depuis. L'hiver dernier, 13 jours seulement ont été assez froids pour permettre l'arrosage des patinoires.
Une récente étude réalisée par la Ville de Montréal note une augmentation de 29 % des épisodes de gel-dégel entre 1942 et 2015. L'étude propose que l'achalandage sur les patinoires extérieures de la métropole pourrait connaître une baisse du tiers, au cours des dix prochaines années, en raison de la réduction du nombre de jours où il sera possible de patiner à l'extérieur.
Pour la saison de patinage 2016-2017, la Ville de Gatineau a dépensé 158 832 $ pour entretenir ses patinoires extérieures, qui ont été accessibles pendant seulement 32 jours, alors que la moyenne annuelle des dernières années est de 45 jours d'ouverture. La qualité de la glace a été une problématique pendant tout l'hiver. 
Pour l'hiver prochain, l'administration propose de revoir la température minimale requise pour l'arrosage et de tenter d'avoir un entrepreneur par secteur responsable de l'entretien. L'administration sera aussi plus stricte sur les exigences relatives au déneigement. 
Une augmentation des coûts est à prévoir.
La patinoire du Ruisseau reviendra
La Ville de Gatineau exigera dorénavant que l'entrepreneur chargé de l'entretien du ruisseau possède de l'expérience dans l'aménagement d'une glace extérieure, ce qui n'était pas le cas lors des derniers hivers.
L'administration a proposé au conseil d'envisager l'aménagement d'un anneau de glace sur le ruisseau, mais les élus, à la majorité, ont rejeté cette proposition afin de ne pas nuire aux activités d'animation qui doivent s'y tenir. La candidate à la mairie, Sylvie Goneau, a proposé de carrément cesser d'investir dans l'aménagement d'une surface glacée sur le ruisseau parce que selon elle, les résultats recherchés sont absents.
L'entrepreneur en charge de la patinoire du ruisseau de la Brasserie devra désormais avoir de l'expérience dans l'entretien et dans l'aménagement d'une glace extérieure.
Son avis a été partagé par le conseiller Marc Carrière, qui s'oppose à la réalisation de cette patinoire depuis le début, ainsi que par l'autre candidat à la mairie, Denis Tassé. « On gaspille notre argent dans le ruisseau », a-t-il dit.
Les membres du conseil ont finalement adopté, à la majorité, le maintien de la patinoire du ruisseau de la Brasserie, mais une discussion devra avoir lieu entre la Ville et ses partenaires sur les moyens d'animer le secteur en période hivernale.