Un secteur de Gatineau inondé lors des crues printanières de 2019.
Un secteur de Gatineau inondé lors des crues printanières de 2019.

Pas d'inondations majeures à l'horizon à Gatineau

La Ville de Gatineau ne prévoit toujours pas d’inondations substantielles à court terme.

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a dressé un court bilan des observations sur les niveaux d’eau entourant la ville, jeudi matin.

«Les chiffres sont très positifs. Ça va bien et le niveau d’eau a même baissé ce matin (jeudi).»

Les données recueillies par la Ville correspondent aux données de la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais.

Les prévisions sont encourageantes, mais l’administration prévoit malgré tout une deuxième crue dans les prochains jours. Le climat social actuel peut favoriser la crainte des riverains, alors que les services d’urgences et sociaux gèrent déjà une autre crise, celle de la pandémie de COVID-19.

«On va continuer de dire la vérité aux citoyens (si les niveaux d’eau augmentent), mais on tient à rassurer la population, et dire que pour l’instant, ça va bien», a mentionné le maire.

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin

Cartographie

La Ville espère achever son rapport sur les façons d’atténuer les impacts des inondations dans les zones à risques, pour le mois d’octobre.

En novembre 2019, le maire annonçait la création d’un comité consultatif composé d’experts en hydrologie, de chercheurs en environnement, ainsi que de spécialistes en urbanisme et en éthique.

L’exercice visait aussi à présenter cette armada de scientifiques aux résidents des zones les plus touchées par les crues printanières, en décembre dernier.

La Ville veut ainsi élaborer une cartographie plus précise des risques en zones inondables. «Le secteur Cheval-Blanc n’est pas inondé de la même façon que le boulevard Hurtubise», a imagé le maire, jeudi.

Les travaux liés à la rédaction de ce rapport sont compliqués par les rencontres qui doivent être faites en télétravail, en raison de la pandémie.

«Manipuler les données devient plus difficile (en raison des impératifs liés au télétravail en temps de pandémie, a précisé le président de ce comité, René Villemure. On ne sait pas comment on pourra fonctionner dans les délais prévus.»

Ce rapport pourrait entre autres aider la Ville à relocaliser certains bâtiments et mieux connaître le comportement des bassins versants.

La Ville espère attirer l’attention du gouvernement québécois sur ce rapport et inciter les autres villes et régions à mieux se préparer à d’éventuelles inondations majeures.

Gatineau est pour l’instant la seule ville québécoise à avoir lancé un tel programme.