Le maire Pedneaud-Jobin ne s'inquiète pas outre mesure de ce constat. «Le quartier le plus dense au Canada, c'est le Plateau Mont-Royal à Montréal, note-t-il. Il n'y a pas de tour là.»

Pas de tours dans ma cour, disent les Gatinois

Une très mince majorité de Gatinois sont en faveur d'un gratte-ciel dans le centre-ville, mais quand on leur demande s'ils accepteraient des tours de 10 étages dans leur secteur, là, c'est tout le contraire. Ils sont clairement contre.
Une proportion de 54,8% des Gatinois s'opposerait à ce que la Ville de Gatineau permette un changement de zonage, dans leur voisinage, pour accueillir une tour cinq fois plus petite que celle projetée par le promoteur Gilles Desjardins au centre-ville, révèle les données du sondage Segma Recherche. 
Dans certains secteurs, la proportion de gens contre une telle éventualité frise les 60%.
«C'est visiblement le syndrome du "pas dans ma cour", lance le président de Segma Recherche, Raynald Harvey. Pour une majorité de répondants, une tour de 10 étages dans leur secteur représenterait une nuisance.»
À première vue, on pourrait prétendre qu'il s'agit d'une mauvaise nouvelle pour la Ville de Gatineau, dont le nouveau schéma d'aménagement prévoit une densification près des axes de transport en commun au cours des prochaines années, mais il n'en est rien, selon le maire Maxime Pedneaud-Jobin.
«Le quartier le plus dense au Canada, c'est le Plateau Mont-Royal à Montréal, note-t-il. Il n'y a pas de tour là. On parle d'édifices d'environ quatre ou cinq étages. Il y a des villes partout dans le monde qui sont extrêmement denses sans qu'il n'y ait de tour en hauteur. C'est simpliste de dire que densité rime avec tour. C'est ce qu'on entend souvent, mais on peut très bien densifier sans tour.»