Le pont du Portage

Pas de résolution sur un sixième pont

Évoquée lundi soir par le député fédéral réélu dans Gatineau, Steven MacKinnon, une résolution du maire Pedneaud-Jobin « pour avouer que le sixième lien est nécessaire » a rapidement fait réagir à l’hôtel de ville.

Au lendemain de la soirée électorale, le maire a ajusté le tir quant aux affirmations de M. MacKinnon, précisant qu’il a décidé de reporter le dépôt d’une résolution « sur le transport », car plusieurs élus à la table du conseil ont des interrogations. 

« Ce n’est pas exact, c’est-à-dire que M. Champagne (le conseiller) et moi voulions déposer une résolution sur le transport. Pour moi, l’erreur qu’il ne faut pas faire, c’est de cibler une infrastructure. Il faut améliorer les choses de transport, cheminer tout le monde ensemble. Je l’ai dit bien des fois. Par contre, ce que j’ai compris de plusieurs élus, c’est que le conseil veut mieux comprendre le processus en place à la Commission de la capitale nationale (CCN). C’est quoi l’appel d’offres qu’on est en train de faire ? Qu’est-ce que ça donne ? Quelle réflexion on va faire et ça nous mène à quoi ? Alors je vais déposer la résolution après que j’aurai eu le temps d’échanger avec les élus là-dessus », a-t-il dit.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin

Au lendemain de la soirée électorale, le maire a ajusté le tir quant aux affirmations de M. MacKinnon, précisant qu’il a décidé de reporter le dépôt d’une résolution « sur le transport », car plusieurs élus à la table du conseil ont des interrogations. 

« Ce n’est pas exact, c’est-à-dire que M. Champagne (le conseiller) et moi voulions déposer une résolution sur le transport. Pour moi, l’erreur qu’il ne faut pas faire, c’est de cibler une infrastructure. Il faut améliorer les choses de transport, cheminer tout le monde ensemble. Je l’ai dit bien des fois. Par contre, ce que j’ai compris de plusieurs élus, c’est que le conseil veut mieux comprendre le processus en place à la Commission de la capitale nationale (CCN).

À LIRE AUSSI: Pedneaud-Jobin «travaille bien» avec le gouvernement libéral

MacKinnon conserve facilement Gatineau

Les frictions entre le maire et le député Mackinnon ont cependant gagné le conseil municipal en soirée. La conseillère Louise Boudrias a lancé un ultimatum au maire afin que ce dernier organise un débat public dans le dossier du sixième pont à l’est. «Comme vous êtes responsable de l’agenda du conseil, je vous demande d’organiser ce débat le plus rapidement possible, a-t-elle lancé en ouverture du conseil. Si vous refusez de le faire, je vais déposer un projet de résolution au prochain conseil.»

Le maire Pedneaud-Jobin a ajouté en matinée « qu’il n’y a pas de projet de pont, il y a des études qui sont mises à jour, c’est tout ».

À la question à savoir si la future résolution comprendra le sixième lien, le premier magistrat a réitéré que Gatineau a « deux urgences ». 

« C’est de faire le prolongement du Rapibus à l’est, on attend les autorisations de Québec ; et à l’ouest, il faut finir de financer le train, on a 1,8 milliard de Québec, ça prend la portion du fédéral pour avancer. Dans les deux cas, le temps joue contre nous. L’autre objectif, c’est d’avancer ensemble pour améliorer le transport. Dans le passé, quand il y a des gens qui ont dit qu’ils voulaient une infrastructure et qu’ils l’ont poussé sans avoir tous les partenaires autour de la table, ç’a toujours échoué », a-t-il lancé, spécifiant que l’argent dépensé pour des études la dernière fois « a été jeté aux vidanges ». 

Quelques jours après avoir fait pression sur la CCN avec son homologue Jim Watson pour que soit retiré un appel d’offres pour l’élaboration d’un plan incluant un sixième pont, le maire de Gatineau persiste et signe.  

«Si le pont sert à aller se stationner sur la 174, on a réglé le problème de personne. Au lieu d’être sur la 50, tu es sur la 174 ou la 17. Admettons qu’on fait un pont, c’est un pont où le transport en commun est arrimé des deux bords, où on ne passe pas d’une congestion à l’autre», soutient-il.