L'administration municipale évalue que le remplacement des parcomètres pourrait représenter une augmentation de 15 % des revenus de stationnement sur rue.

Parcomètres à Gatineau: près de 800 000 $ pour faire un pas vers la modernité

Le conseil municipal aura l’occasion de faire un pas important dans la modernité en 2019 en remplaçant ses quelque 450 anciens parcomètres du centre-ville pour un système d’horodateurs qui permettrait aux utilisateurs de payer avec leur carte de crédit, ou directement à partir de leur téléphone cellulaire.

La Ville remplacerait aussi les 13 horodateurs dont elle dispose déjà. Le service de l’urbanisme a avisé le conseil, dans le cadre de l’étude du budget 2019, qu’un investissement de 779 370 $ serait nécessaire pour mener à bien cette transformation technologique attendue depuis longtemps dans le centre-ville. 

L’administration municipale a étudié ce qui a été réalisé à ce chapitre dans les villes de Trois-Rivières, Québec, Montréal et Ottawa. Fort de cette analyse, Gatineau estime que le remplacement des parcomètres pourrait représenter une augmentation de 15 % des revenus de stationnement sur rue pour atteindre un montant total de 705 000 $ par année. 

«Alléluia» s’est exclamé le conseiller Cédric Tessier, au terme de la présentation des fonctionnaires, rappelant ainsi que ces changements sont demandés et attendus depuis longtemps par les citoyens et les commerçants du centre-ville. 

Le conseiller Martin Lajeunesse a invité l’administration à étudier la possibilité d’utiliser la même technologie que celle privilégiée par la Ville de Québec, notamment en raison de la disponibilité des plans et devis. La directrice générale, Marie-Hélène Lajoie, a toutefois pris le soin d’avertir le conseil que cette recommandation nécessiterait l’embauche de ressources humaines pour développer une solution maison pour le paiement mobile, une tâche qui pourrait retarder de deux ans l’intégration du nouveau système. L’administration recommande plutôt au conseil de procéder par appel d’offres pour retenir une solution clé en main. De cette façon, le déploiement des nouveaux équipements pourrait débuter dès 2019. 

Une consultation publique aurait lieu au cours des prochains mois afin de déterminer une nouvelle tarification et expliquer le nouveau mode de fonctionnement.