Le stationnement du Parc-O-Bus Labrosse déborde. Mais ceux qui ne respectent pas la signalisation ne reçoivent aucune amende, soulignent des usagers inquiets.
Le stationnement du Parc-O-Bus Labrosse déborde. Mais ceux qui ne respectent pas la signalisation ne reçoivent aucune amende, soulignent des usagers inquiets.

Parc-O-Bus Labrosse: un stationnement devenu «dangereux»

L’espace de stationnement géré par la Société de transport de l’Outaouais (STO) au Parc-O-Bus Labrosse met en danger la sécurité des piétons et des conducteurs selon plusieurs usagers du transporteur public.

Depuis plusieurs mois, nombreux sont ceux et celles qui se sont manifestés pour critiquer la gestion que fait la STO du stationnement en question alors que de plus en plus de voitures se stationnent dans des zones indiquées comme interdites.

« Il manque de place et c’est la station la plus achalandée à cause du Rapibus donc c’est certain que ça contribue à faire en sorte que les gens se stationnent dans des endroits interdits, lance Zakary, un étudiant de l’Université d’Ottawa âgé de 19 ans qui utilise le Rapibus durant la semaine pour se rendre à ses cours. En tant qu’automobiliste, je trouve ça dangereux, mais ce l’est aussi pour les piétons parce que les véhicules sont encombrants et on ne peut pas bien voir les gens qui se déplacent. »

« C’est rendu très dangereux de retourner à nos véhicules », ajoute par ailleurs un autre usager de la STO sous le couvert de l’anonymat.

Jocelyn (nom fictif) a d’ailleurs rapporté cette problématique auprès de la STO à maintes reprises depuis plusieurs mois.

« En novembre, la STO m’a contacté pour m’indiquer qu’il y allait avoir un contrôleur en permanence pour prévenir le stationnement illégal », explique-t-il.

Des avis de remorquage seraient donnés et les personnes qui ne respecteraient pas ces avis seraient remorquées, lui disait-on.

« La mesure de contrôle et les avis ont été faits pendant trois semaines. Par contre, dit-il, depuis le 15 décembre dernier, aucun avis n’a été assigné aux véhicules contrevenants. »

La STO assure toutefois que les contrôleurs continuent bel et bien de faire leur travail et qu’environ 600 avis ont été distribués jusqu’à présent.

« Ils ne sont peut-être pas là en permanence, mais ils le sont régulièrement et il n’y a pas eu de mot d’ordre comme quoi ils devaient arrêter de remettre des avis aux automobilistes fautifs au Parc-O-Bus Labrosse », indique la porte-parole Sophie St-Pierre.

Lors du passage du Droit sur les lieux mercredi en fin d’avant-midi, un peu plus d’une dizaine de véhicules étaient stationnés illégalement. Aucun d’entre eux n’avait reçu de contravention.

« C’est comme ça tous les jours. C’est évident que ces personnes-là ne sont pas stationnées depuis 10 minutes, donc on voit clairement qu’il n’y a pas de patrouille qui a été faite ce matin [mercredi] », déplore Zakary.

« Les personnes qui se stationnent illégalement disent ouvertement qu’ils reçoivent les avis, mais aucune punition comme une amende ou un remorquage, affirme de son côté Jocelyn. Tant et aussi longtemps que rien ne va leur arriver, ils ne voient pas de raison de changer leurs habitudes. »

Du côté de la STO, on affirme être « au courant de la situation ».

« On a des contrôleurs qui vont émettre des avis aux automobilistes fautifs, parfois même en main propre, mais ils n’ont pas le pouvoir de donner une contravention, ou encore d’exiger le remorquage d’un véhicule », nuance Mme St-Pierre.

« On demande à la clientèle de respecter la signalisation, parce qu’elle n’est pas là pour rien, ajoute Mme St-Pierre. Maintenant, ce qu’on souhaite, c’est d’avoir une entente avec la Ville de Gatineau pour que des agents de stationnement puissent donner des contraventions lorsque nécessaire. Pour l’instant, on est début du processus, donc on ne sait pas quand ça pourrait se concrétiser. »

Rappelons qu’en août 2014, la STO avait procédé à l’agrandissement du stationnement du Parc-O-Bus Labrosse, le faisant passer de 250 espaces de stationnement à 579.