La plantation d’arbres et la création de jardins communautaires sont envisagées pour revitaliser les terrains abandonnés du quartier de Pointe-Gatineau.

Panser les plaies des inondations de 2017

Les résidents de Pointe-Gatineau se réuniront lundi soir pour poursuivre la réflexion sur les façons de panser les cicatrices laissées dans le paysage urbain du quartier par la crue historique du printemps 2017.

Dès 18 h 30, les citoyens ont rendez-vous au centre communautaire Saint-Jean-de-Brébeuf, à l’invitation de la conseillère de Pointe-Gatineau, Myriam Nadeau. Après une conférence par un architecte paysagiste, ils pourront se prononcer sur des scénarios pour la revitalisation des terrains vacants en raison des nombreuses démolitions, rendues nécessaires par les inondations du printemps 2017.

Les propositions qui seront sur la table ont été élaborées après une première consultation tenue en juin dernier, souligne Mme Nadeau.

« Il faut que ce qu’on propose soit conforme avec la loi sur les terrains en plaines inondables. C’est essentiellement des aménagements verts, on ne peut pas avoir de constructions permanentes », explique l’élue.

Selon Myriam Nadeau, la plantation d’arbres fruitiers et la création de jardins communautaires est une idée qui permettrait « de répondre à l’insécurité alimentaire des gens dans le quartier ».

La mise en place de panneaux commémoratifs est également du lot des propositions, ajoute Mme Nadeau.

« C’est un vieux secteur de la ville, alors faire un devoir de mémoire des événements vécus dans ce secteur et des familles qui étaient là depuis longtemps, qui ont construit Pointe-Gatineau. Certaines, après les inondations, ont dû quitter. »

L’été comme objectif

À deux niveaux, la conseillère de Pointe-Gatineau se donne la saison estivale comme cible pour faire avancer de façon concrète la revitalisation du secteur du « cric à Moreau », où la majorité des terrains laissés vacants sont situés.

Myriam Nadeau souhaite d’abord l’adoption d’un plan directeur pour établir la voie à suivre par la Ville afin donner une seconde vie au quartier. Elle aimerait également qu’une corvée citoyenne soit organisée afin que les résidents commencent à se réapproprier leur milieu de vie. Dans le meilleur des mondes, ces deux objectifs seraient atteints au courant de l’été, dit l’élue.

« On se relève d’un grand traumatisme, on a vécu quelque chose qu’on n’avait pas vécu à cette ampleur. La Ville se retrouve avec des terrains dans le secteur. Il y a plus de 90 lots qui ont été cédés à la Ville. La Ville n’a jamais vécu ça non plus. À partir de là, c’est de déterminer comment on trace la voie ensemble », affirme Mme Nadeau.

« Ça va être un travail de longue haleine. Des aménagements pour le secteur, c’est certain que ce n’est pas quelque chose qui va se faire cet été. La prochaine étape, c’est vraiment de se doter d’un plan directeur pour le secteur », prévient également la conseillère municipale.