La personnalité de l'année est Alain Raymond, le président et fondateur du Groupe Raymond. Il est entouré de Pierre Samson, le président de la Chambre de commerce de Gatineau et de Gilles Desjardins, président de Brigil.

Paix retrouvée entre Gatineau et sa communauté d’affaires

On pourrait s’attendre qu’un débat de plusieurs années comme celui entourant le projet de tours de Brigil laisse des cicatrices. Or, il n’en est rien, selon le président de la Chambre de commerce de Gatineau (CCG) et le maire de la municipalité.

Dans son discours durant le Gala des gens d’affaires, samedi soir, le président de la CCG, Pierre Samson, a indiqué que « ça bouge pour le mieux dans l’environnement entrepreneurial à Gatineau ». En entrevue avec Le Droit, il ajoute que la hache de guerre a rapidement été enterrée après la décision du conseil municipal d’accorder une citation patrimoniale au Quartier-du-Musée.

« Maxime Pedneaud-Jobin était sur mon conseil lorsque j’étais président du Conseil économique régional de l’Outaouais. J’ai gardé de bonnes relations avec lui. On s’est rencontré à son bureau, le lendemain de la décision des tours. Il était un peu fâché. Moi aussi, mais on s’est dit ‘ok, c’est beau, c’est fait. Comment on peut travailler ensemble maintenant ?’ On ne travaille pas un contre l’autre, on travaille pour la ville et pour les gens d’affaires », raconte M. Samson.

De son côté, M. Pedneaud-Jobin soutient que les tensions entre la Ville et la communauté d’affaires sont beaucoup moins vives qu’à son entrée en poste, en 2013. Selon lui, d’importantes réformes comme celle du service de l’urbanisme de Gatineau ont permis d’assainir le climat.

« On a une culture où on se parle plus. Dès que quelqu’un a une critique, je m’assois avec lui pour essayer de voir qu’est-ce qui s’est passé, d’abord, et est-ce qu’il y a quelque chose qu’on peut faire pour l’améliorer, explique Maxime Pedneaud-Jobin. Des fois, ce n’est pas que ça allait mal, c’est qu’ils ne savaient pas comment ça marchait. On n’échangeait pas assez pour que l’entrepreneur comprenne les règles clairement. Dans d’autres cas, nos règles étaient trop compliquées. C’était lourd. »

Le maire de Gatineau souligne également que de nombreux outils se sont ajoutés pour les entrepreneurs de la région au cours des dernières années, comme l’Incubateur en économie sociale et le Pôle régional d’innovation.

PME de l'année 16 à 49 employes 
Salle Odyssée Maison de la culture de Gatineau 

Steve Fournier 
Claude Beaulieu

« Tout ça, c’est des choses qui n’existaient pas il y a deux ans. On les a vraiment mis en place pour accompagner les entrepreneurs. C’est une offensive majeure pour stimuler la culture entrepreneuriale. »

Pierre Samson et Maxime Pedneaud-Jobin s’entendent pour dire qu’il y aura toujours des conflits ponctuels entre la Ville et les entrepreneurs, mais « en général, ça va très bien », résume le président de la CCG.