Avec ces nouvelles règles en termes de gestion des matières résiduelles, seuls les bacs gris de 120 litres distribués par la Ville l’automne dernier seront autorisés.

Ordures excédentaires: une décision sur la tarification rendue mardi

Le conseil municipal de Gatineau votera mardi prochain sur la date d’entrée en vigueur des frais associés aux sacs à ordures excédentaires.

Initialement prévue pour le 15 juillet, cette nouvelle mesure de tarification des déchets pourrait entrer en vigueur le 15 septembre, soit deux mois plus tard. 

C’est ce qui a été présenté mardi soir lors d’une séance spéciale du conseil municipal.

Rappelons qu’avec ces nouvelles règles en termes de gestion des matières résiduelles, seuls les bacs gris de 120 litres distribués par la Ville l’automne dernier seront autorisés. 

Les Gatinois qui dépassent cette quantité pourront y ajouter un maximum de cinq sacs à ordure d’environ 70 litres au coût de 2 $ chacun. 

Les sacs supplémentaires seront disponibles dans les écocentres et les centres de services de la Ville à compter de la mi-août.

La présidente de la commission sur l’environnement de Gatineau, Maude Marquis-Bissonnette, explique les raisons derrière cet éventuel report de deux mois. 

« On l’a vécu l’an dernier avec la date d’entrée en vigueur du changement des collectes d’encombrants, c’est plus difficile de communiquer avec les citoyens au 15 juillet. Il y a des gens en vacances et les employés municipaux ne sont pas tous là non plus. Le 15 septembre on trouve que c’est une solution gagnante pour faciliter la transition. »

Mme Marquis-Bissonnette a aussi mentionné qu’elle déposera un amendement en ce qui a trait à la tarification des sacs supplémentaires pour les ménages plus vulnérables. 

« Il y a des familles qui sont inquiètes, pas parce qu’elles ne veulent pas trier, mais plutôt parce qu’ils sont dans une situation particulière qui leur permet de croire que 120 litres n’est pas un objectif réaliste. On ne veut pas fragiliser des gens qui sont déjà fragiles. On va donc proposer une série de mesures. On est présentement en train d’évaluer nos options, il reste des analyses à faire, mais on pense qu’on a de bonnes solutions. »

Elle assure d’ailleurs que ces analyses seront terminées à temps pour le conseil du 2 juillet, soit la date où le report de la tarification des déchets excédentaires sera voté.

La conseillère assure que les « enjeux juridiques » qui découlent d’une série de recommandations déposées en avril dernier n’ont rien à voir avec la tarification des ordures excédentaires. 

« L’enjeu n’est pas sur le prix, mais plutôt sur les accommodements. On souhaite accommoder les ménages les plus vulnérables et c’est à ce niveau-là qu’il y a des enjeux juridiques, dans l’application de ces accommodements-là. » 

Elle ajoute qu’une présentation publique aura lieu le jour du vote afin d’expliquer les enjeux juridiques en question aux citoyens.