Daniel Champagne a ramené certains élus à l'ordre lundi.

Opposition au futur Guertin: «Des prétextes qui ne sont pas réels»

Le président du conseil municipal, Daniel Champagne, a senti le besoin de lever le ton, lundi, pour ramener à l'ordre certains élus qui selon lui « cherchaient des prétextes qui ne sont pas réels » pour susciter de l'opposition au sein de la population envers le projet du futur Guertin.
Alors que les principaux opposants au projet étaient très volubiles sur la question du stationnement dans le secteur de la Cité, en milieu de journée, M. Champagne n'a pu cacher une pointe d'impatience envers ces derniers. 
« J'ai l'impression qu'on s'est retrouvé dans une situation où certains cherchaient dans le projet ce qui pourrait placer les citoyens en opposition et ils se sont dit que l'enjeu du stationnement était une bonne alternative pour le faire, a-t-il expliqué au Droit en fin de journée. On cherchait à mon avis des prétextes qui ne sont pas réels. Le problème du stationnement dans le secteur de la Cité est réel, mais ce qu'on propose aujourd'hui vient corriger le problème, et non pas l'amplifier comme certains voulaient le laisser croire. » 
Goneau persiste et signe
La candidate à la mairie en novembre, Sylvie Goneau, a pour sa part indiqué qu'il lui était impossible de changer sa position dans le dossier et qu'elle allait voter contre. « Je ne peux pas dire que c'est le meilleur projet et qu'on a le meilleur prix parce que ça prend un appel d'offres pour faire ça, a-t-elle affirmé. Je ne peux pas parler des chiffres sur le choix du site, ni sur la proposition des Sénateurs. Peut-être qu'avec un appel d'offres on aurait eu le même projet pour 70 millions $. On ne le sait pas parce que le maire a refusé d'aller en appel d'offres. Je ne peux pas être en faveur d'un processus comme celui-là. »