Objets à la rue: Gatineau révisera sa politique

La Ville de Gatineau veut revoir sa politique d'entreposage des biens mis sur le carreau.
Le comité exécutif a adopté mercredi l'octroi d'un contrat de quatre ans, d'une valeur de 513363$, à la firme Déménagement Diamant Royal de Gatineau, pour le transport des biens des personnes qui sont expulsées de leur logement et dont les effets personnels sont mis à la rue.
Cette résolution a soulevé des questions parmi les conseillers municipaux qui ont demandé à la direction générale si c'est bien le rôle de la Ville de transporter et d'entreposer ces biens. Un rapport à ce sujet sera déposé au conseil municipal, au cours des prochaines semaines.
Qui doit payer?
Le maire Maxime Pedneaud-Jobin, partage ces préoccupations.
«La question qui se pose est: qui paie? Il y a quelques années, on recevait beaucoup de plaintes de citoyens au sujet de ces biens, notamment des meubles, qui étaient laissés longtemps sur le bord du chemin. La Ville a décidé de les ramasser et de les entreposer en attendant que les gens viennent chercher leurs biens. Ça nous coûtait 100000$ par année, mais maintenant c'est 150000$. On se demande si c'est vraiment à nous de faire ça. Peut-on envoyer la facture au propriétaire du logement? Devrait-on l'envoyer au locataire? Pourquoi ce serait payé par l'ensemble des citoyens? Nous voulons un portrait complet: combien de fois ça se produit durant une année? Qui va vraiment les chercher ces biens-là? De quel type de matériel parle-t-on? S'il n'y aucun objet de valeur là-dedans et qu'ils ne sont jamais réclamés, ça ne vaut pas la peine de dépenser 150000$ par année, alors qu'on peut tout simplement les envoyer à l'Écocentre (où les matières sont recyclées ou récupérées). Présentement, on les garde durant trois mois», a déclaré le maire.