La STO et le syndicat des chauffeurs et employés d'entretien sont à couteaux tirés.

Négos rompues à la STO

Les négociations sont rompues entre la Société de transport de l'Outaouais (STO) et le syndicat des chauffeurs et employés d'entretien pour le renouvellement du contrat de travail de ces derniers.
«Notre comité de négociation syndical constate qu'il y a actuellement une impasse dans les négociations du renouvellement de la convention collective, notamment suite au dépôt d'une seconde proposition patronale qui constitue un recul face à sa première proposition», a indiqué dans un communiqué mardi soir Félix Gendron, président du local 591 du Syndicat uni du transport.
«On recule de 25 ans, à vrai dire», a résumé M. Gendron en entrevue.
Les membres du syndicat ont appuyé à l'unanimité la recommandation de leur comité de négociation syndical visant à se retirer de la table. Le syndicat a maintenant le mandat de signifier un avis de différend au ministère fédéral du Travail et d'entamer des moyens de pressions.
Les quelque 450 employés sont sans contrat de travail depuis décembre 2014. Les négociations achoppent sur de nombreux points, dont les conditions de travail.