Nathalie Lemieux affirme qu’elle appartient à une nouvelle génération de politiciens qui est très axée sur les besoins des gens et qui souhaite être présente auprès de leurs commettants.

Nathalie Lemieux veut prendre ses distances de Denis Tassé

La conseillère de Touraine, Nathalie Lemieux, considérée comme la dauphine de l’ancien conseiller Denis Tassé depuis son entrée en politique municipale, souhaite prendre ses distances avec son prédécesseur.

Mme Lemieux se défend de tourner le dos au candidat défait à la mairie. « Je l’apprécie beaucoup, dit-elle. Denis Tassé a été une clé importante pour mon arrivée en politique et il m’a présenté des gens avec qui j’ai ensuite fait campagne. Ce que je ne veux pas c’est que les gens pensent que je vais continuer simplement à faire ce qu’il faisait lorsqu’il était conseiller. Je veux être reconnue pour qui je suis et non pour les gens qui ont appuyé ma candidature. »

De fait, M. Tassé avait donné son appui à Mme Lemieux et cette dernière lui avait rendu la pareille en appuyant aussi sa candidature à la mairie. « M. Tassé a apprécié mon honnêteté, explique Mme Lemieux. Il a jugé que j’étais la meilleure personne pour représenter Touraine, mais je ne suis pas sa dauphine. Je ne voudrais surtout pas que les gens s’attendent de moi à ce que je fasse les choses de la même manière que lui. J’ai des idées semblables aux siennes sur certains sujets, mais j’ai aussi des idées semblables à celles de bien d’autres personnes aussi. »

Mme Lemieux affirme qu’elle appartient à une nouvelle génération de politiciens qui est très axée sur les besoins des gens et qui souhaite être présente auprès de leurs commettants. « Je ne dis pas que Denis Tassé n’était pas près des gens, mais il était un homme d’affaires très intéressé aux différentes notions budgétaires. Je le suis aussi, mais je suis plus jeune et je souhaite apporter mes propres idées à la table et faire les choses à ma façon. »

Mme Lemieux siège au comité exécutif de la Ville de Gatineau. Elle a défendu et appuyé le budget 2018, ainsi que la hausse de taxe de 2,9 % pour l’année en cours.