Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Myriam Nadeau ferme ainsi la porte à briguer la chefferie d’Action Gatineau pour remplacer Maxime Pedneaud-Jobin à la tête du parti.
Myriam Nadeau ferme ainsi la porte à briguer la chefferie d’Action Gatineau pour remplacer Maxime Pedneaud-Jobin à la tête du parti.

Myriam Nadeau annonce son retrait de la vie politique

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Après deux mandats comme conseillère municipale dans le district de Pointe-Gatineau, Myriam Nadeau a annoncé, lundi matin, qu’elle ne sera pas de la prochaine campagne électorale. Elle ferme ainsi la porte à briguer la chefferie d’Action Gatineau pour remplacer Maxime Pedneaud-Jobin à la tête du parti. 

MmNadeau a précisé que sa décision de ne pas se représenter comme conseillère était déjà prise depuis quelques mois. Le départ de M. Pedneaud-Jobin a toutefois forcé la conseillère à amorcer une réflexion qu’elle n’avait pas prévue par rapport à la chefferie de son parti. 

Mme Nadeau est toutefois venue à la conclusion qu’elle avait donné ce qu’elle avait à donner pour l’instant en politique municipale. Elle ne ferme pas la porte à un retour éventuel, mais pour l’instant, la mère de jeunes enfants souhaite accorder plus de temps à sa famille tout en demeurant active comme citoyenne dans son quartier.


« [...] Dans ma réflexion, je me vois explorer d’autres domaines. J’ai eu une conversation en famille. Que tout tourne autour de ma fonction, disons qu’il y en a certains qui ont envie que ça change un peu et c’est donc ce qui mène à l’annonce d’aujourd’hui. »
Myriam Nadeau

«Le résultat de ma réflexion est que pour un temps, c’est à l’extérieur de la politique active que je souhaite continuer à contribuer à l’essor de ma ville, a-t-elle expliqué. À 37 ans et après huit ans à tout donner ce que j’avais pour mes commettants, à remplir mes mandats, à livrer la marchandise pour que Gatineau s’illustre et rayonne et pour que nos besoins soient reconnus et que mon district soit vu à sa juste valeur, j’arrive au constat de vouloir faire autre chose dans le but d’ajouter d’autres cordes à mon arc et explorer d’autres façons de faire grandir et prospérer Gatineau. Ce qui ne change pas c’est que c’est à Action Gatineau qu’on va me retrouver à titre de citoyenne qui a des aspirations et des ambitions pour sa ville. Je ne serai jamais loin. Mon engagement envers ma communauté reste entier.»

À la mairie un jour ?

Mme Nadeau précise que sa réflexion quant à la possibilité de prendre le leadership d’Action Gatineau a été «sérieuse et difficile». La conseillère précise qu’elle ne met pas pour autant fin à jamais à sa carrière politique. 

«C’est un moment que j’identifie dans ma vie professionnelle où j’ai le goût de faire autre chose. […] Dans ma réflexion, je me vois explorer d’autres domaines. J’ai eu une conversation en famille. Que tout tourne autour de ma fonction, disons qu’il y en a certains qui ont envie que ça change un peu et c’est donc ce qui mène à l’annonce d’aujourd’hui.»

Si on revoit Mme Nadeau en politique un jour, ce sera de nouveau au palier municipal, a-t-elle tenu à préciser. 

«Je n’ai pas d’ambition au niveau provincial ou fédéral, a-t-elle dit. Je suis une fille du municipal, du terrain et j’aime voir la concrétisation des choses dans lesquelles je m’investis et le palier de gouvernance ou j’ai le plus de chance d’y arriver en un ou deux mandats c’est au municipal. Je garde une porte ouverte. Oui, la mairie c’est quelque chose qui m’intéresse, mais qui pour laquelle je n’ai pas envie de m’investir dans les quatre prochaines années.»

Action féministe

Mme Nadeau a eu la gorge nouée par l’émotion en rappelant qu’en 2017, Action Gatineau avait présenté une équipe de candidats dans la zone paritaire homme-femme. 

Myriam Nadeau entourée de Yolaine Ruel, Veronique Boyer, Renée Amyott, Isabelle Miron, Nathalie Lepage, Mélisa Feirrera et Maude Marquis-Bissonette.

«J’ai approché et encouragé des femmes combatives et impliquées à se lancer en politique municipale, a-t-elle rappelé. Je me suis fait un devoir d’être un exemple pour inciter d’autres femmes à faire le saut, comme Maude Marquis-Bissonnette. De voir Action Gatineau présenter une équipe dans la zone paritaire en 2017 est une des choses les plus inspirantes auxquelles j’aurai travaillé comme militante féministe.» C’est d’ailleurs Mme Nadeau qui a fait changer la loi provinciale concernant la reconnaissance des congés parentaux pour les élus municipaux sans devoir obtenir l’approbation des autres membres du conseil. 

Les inondations de 2017 et 2019 ont causé beaucoup de détresse dans Pointe-Gatineau et ont été bouleversantes tant pour elle que pour ses concitoyens. Elle entend continuer de travailler à aider le quartier à se relever au cours des prochaines années. «On verra ce que l’avenir me réserve, mais les diverses implications que j’ai comme conseillère à ce niveau, j’entends les poursuivre à titre de citoyenne, précise-t-elle. Je vais être encore là sur le terrain avec les citoyens qui se relèveront les manches pour bâtir la suite.»

Myriam Nadeau aide a remplir des sacs de sable lors des inondations de 2017 dans Pointe-Gatineau.

Au nombre de ses réalisations, Mme Nadeau a aussi rappelé le gain fait dans la loi sur l’autonomie des villes qui donne maintenant le pouvoir aux municipalités d’imposer l’inclusion de logement abordable dans les projets privés. 

«C’est un résultat tangible de mon engagement et de ma détermination à améliorer le sort des mal-logés», a-t-elle affirmé. Elle a ajouté que les bonifications qu’elle a pu apporter à la réfection du boulevard Gréber ont plus tard tracé la voie à l’adoption de la politique des rues conviviales. 

Quant aux liens construits avec la Ville d’Ottawa concernant notamment la question du transport, Mme Nadeau estime qu’ils sont là pour rester.

 «Les positions historiques qu’on a eues avec Ottawa et la Commission de la capitale nationale (CCN) sur le scénario d’insertion du tramway, elles sont écrites dans des résolutions, elles sont dans l’histoire et influenceront le cours des choses pour encore bien longtemps.»

Réaction du maire Pedneaud-Jobin

Mme Nadeau et le maire Maxime Pedneaud-Jobin sont frère et sœur d’armes depuis leurs débuts en politique municipale. La conseillère participait déjà aux discussions dans Projet Gatineau qui a précédé la fondation d’Action Gatineau. 

«Par sa personnalité, son envergure, son enthousiasme, elle a attiré de nombreuses personnes dans l’équipe, en particulier des femmes, a noté M. Pedneaud-Jobin. Elle a été un pilier de mon premier mandat. Sa présence rassurante par son contenu, par sa rigueur et par son amitié m’a rendu le mandat beaucoup plus facile. 

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin en compagnie de Myriam Nadeau, en 2018.

« Je suis profondément convaincu, et je pèse mes mots, qu’elle a changé des vies, a affirmé le maire. Elle a donné à son monde du courage, de l’espoir et de la confiance en leur capacité et en la capacité de leur quartier à se relever. Grâce à elle, leurs vies auront été moins dures. »
Maxime Pedneaud-Jobin

Le maire a rappelé qu’à la tête de la Société de transport de l’Outaouais (STO), Mme Nadeau a mené «de main de maître le plus grand projet de l’histoire de Gatineau et le projet de transport en commun le plus complexe au Canada». 

Il a aussi souligné que le quartier de Mme Nadeau a été l’un des plus touchés lors des deux inondations. 

«Je suis profondément convaincu, et je pèse mes mots, qu’elle a changé des vies, a affirmé le maire. Elle a donné à son monde du courage, de l’espoir et de la confiance en leur capacité et en la capacité de leur quartier à se relever. Grâce à elle, leurs vies auront été moins dures.»