Le parc de la Gatineau était plus que jamais saturé de villégiateurs et de voitures en cette première fin de semaine du Coloris automnal.
Le parc de la Gatineau était plus que jamais saturé de villégiateurs et de voitures en cette première fin de semaine du Coloris automnal.

Montagnes colorées et parc congestionné

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
Le parc de la Gatineau était plus que jamais saturé de villégiateurs et de voitures en cette première fin de semaine du Coloris automnal.

Le phénomène n’est pas nouveau, mais l’édition 2020 a débuté avec une circulation encore plus dense que lors des années précédentes, rapporte le sergent Martin Fournel, de la police de la MRC des Collines.

Cette année, la COVID-19 n’est pas étrangère au problème encore plus important de congestion de la circulation.

Vendredi dernier, la Commission de la capitale nationale (CCN) annulait son service de navettes. Celles-ci peuvent normalement transporter de 3% à 5% de la clientèle du coloris automnal. Ce sont autant de voitures qui n’engorgent pas le fragile réseau routier des secteurs de Chelsea, La Pêche et les environs.

«La décision d’annuler le service de navettes a été prise à la suite de la demande du gouvernement du Québec de ne pas tenir de rassemblement pendant 28 jours», explique le porte-parole de la CCN, Cédric Williams.

Selon la CCN, les navettes transportent environ 15 000 des 400 000 visiteurs lors des 11 fins de semaine du Coloris automnal.

«Les stationnements sont complets, mais une fois dans les sentiers, il est relativement facile de respecter les normes de distanciation physique», précise M. Williams.

Dans les sentiers populaires, la CCN demande aux marcheurs de circuler selon le principe d’un ‘sens unique’ afin d’éviter que ces derniers se croisent de trop près.

Si les stationnements de la CCN affichaient tous complet, les bretelles d’accès au parc par le boulevard des Allumettières ou la promenade du Lac-Fortune ont été fermées de façon intermittente à la circulation.

Ces fermetures visent à éviter la paralysie complète de la circulation sur les artères du parc.

Les voitures ont pu entrer au compte-gouttes dans les rares places de stationnements disponibles.

Des points de contrôle ont été érigés près des routes d’accès principales afin de gérer le flot de circulation. Plusieurs automobilistes ont dû faire demi-tour faute de place disponible.

«Évidemment, explique le sergent Fournel, plusieurs automobilistes se sont stationnés illégalement sur le bord de la route, près des sentiers du parc.» Seulement cette fin de semaine, la police de la MRC des Collines a donné 19 contraventions pour stationnement illégal.

«C’est toujours la même chose lors des belles journées d’été ou d’automne, rappelle le policier. La circulation est très dense et l’infrastructure ne permet pas de circulation fluide. On le voit très bien, sur le chemin Old Chelsea (près de l’autoroute 5). C’est congestionné. Cette année, je peux dire que l’absence de navettes de la CCN a accentué les problèmes de circulation.»