Moderniser et agrandir les bibliothèques coûtera cher

La mise à niveau du réseau des bibliothèques de la Ville de Gatineau est un chantier de 83 millions $, ont appris mardi les élus gatinois. De ce montant, la Ville devra en payer environ 66 millions, le reste provenant de subventions de Québec.
La Grande Bibliothèque, dont la construction est prévue dans le « plan de déploiement du réseau des bibliothèques de Gatineau », coûterait à elle seule 39 millions aux contribuables.
Le diagnostic posé par la firme Gagné Leclerc signale un « manque flagrant d'espace dans l'ensemble des points de services », particulièrement dans le secteur Hull.
« Les bibliothèques sont à saturation depuis 2010. C'est impossible d'ajouter un livre sans en enlever un », affirme le directeur du Service des arts, de la culture et des lettres de la Ville de Gatineau, Louis Cabral.
Le rapport fait état de trois phases : construction d'une bibliothèque centrale ; construction ou agrandissement des bibliothèques de proximité ; et agrandissement des bibliothèques Guy-Sanche (Gatineau) et Lucy-Faris (Aylmer).
Les élus devront établir une liste de priorités pour la mise à niveau du réseau dans les prochains mois.
Un rapport très attendu
Une étape importante sera franchie mardi, alors que sera finalement dévoilé le rapport de consultations publiques dont la diffusion a été bloquée par l'ancien maire Marc Bureau.
De nombreux élus attendent avec impatience de voir ce que contient ce rapport, supposé refléter la volonté de la population.
C'est le cas du conseiller Daniel Champagne, qui estime « ne pas avoir les outils » à l'heure actuelle pour bien saisir la complexité de l'enjeu.
Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a indiqué que les élus n'ont pu poser les yeux sur le document hier, « faute de temps ».
Malgré toute la bonne volonté du conseil d'aller de l'avant avec une refonte des bibliothèques, la réalité financière pourrait les rattraper. Le maire a d'ores et déjà admis que la Ville de Gatineau ne pourra pas compter sur Québec avant au moins deux ans pour l'aider à financer la refonte de son réseau de bibliothèques.
Par ailleurs, plusieurs conseillers veulent miser sur le développement des bibliothèques de quartier. Le conseiller Gilles Carpentier a quant à lui proposé d'examiner un partenariat avec l'Université du Québec en Outaouais (UQO) dans la réflexion sur la Grande Bibliothèque.