Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le conseiller Mike Duggan a terminé sa réflexion quant à son avenir politique.
Le conseiller Mike Duggan a terminé sa réflexion quant à son avenir politique.

Mike Duggan arrête son choix sur Pointe-Gatineau

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le conseiller Mike Duggan a terminé sa réflexion quant à son avenir politique. Après avoir soufflé le chaud et le froid et émergé d’un hiver qu’il qualifie de «difficile» pour sa santé, l’élu du district de Deschênes confirme qu’il sera candidat indépendant dans un troisième district en trois mandats. Direction Pointe-Gatineau.

M. Duggan a confirmé ses intentions par communiqué de presse, vendredi matin. «Ayant survécu à deux mandats très actifs dans le secteur Aylmer, dit-il […] il est temps de tourner l’attention vers l’est.» Nouveau propriétaire d’un immeuble de trois logements sur la rue Saint-Louis, le conseiller assure qu’il voudra être près des citoyens et qu’il habitera dans le quartier à temps partiel, pour commencer. 

«Il y a plusieurs projets intéressants sur lesquels j’aimerais travailler dans Pointe-Gatineau et en échange j’offre mes services de conseiller dédié aux citoyens. Je suis de la classe ouvrière, je suis honnête, même si ça me donne du trouble dans les médias, mais je suis qui je suis et je pense que c’est un district qui aime les gens pragmatiques et honnêtes.» Après deux mandats marqués par des inondations records, la conseillère Myriam Nadeau a annoncé ce printemps qu’elle ne serait pas candidate aux prochaines élections. 

Enjeux

C’est le dossier du sixième pont, le caractère patrimonial du secteur, la mise en valeur du parc de La Baie et le développement des dizaines de terrains vagues cédés par la force des choses à Ville qui attirent M. Duggan dans Pointe-Gatineau. Sur ce dernier point, M. Duggan avait été le seul élu du conseil, en avril 2019, à voter contre le financement d’un plan directeur d’aménagement des terrains vacants accordé au Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais (CREDDO). 

Ce n’était pas un vote contre le développement du secteur, explique aujourd’hui M. Duggan. «Moi, j’avais de la difficulté à verser 80 000 $ au CREDDO pour des études dont on attend toujours les résultats, lance-t-il. On subventionne des études, on a de beaux documents, mais trop peu d’actions.»

Redévelopper le quartier

Deux ans plus tard, le plan directeur du CREDDO pour les terrains vacants n’a toujours pas été présenté au conseil. Mme Nadeau mentionne qu’une présentation pourrait avoir lieu en juillet. 

M. Duggan estime que la Ville ne peut pas abandonner ou transformer en jardins communautaires des dizaines de terrains desservis par des infrastructures municipales. «Si on avait un code du bâtiment adapté en zone inondable, fait en collaboration avec la province, ça permettrait de redévelopper le quartier en l’adaptant comme il faut», soutient le conseiller. Il ajoute qu’il aimerait bien se construire une «maison écologique» sur un de ces terrains.