Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Maude Marquis-Bissonnette deviendra cheffe d’Action Gatineau le 25 avril prochain.
Maude Marquis-Bissonnette deviendra cheffe d’Action Gatineau le 25 avril prochain.

Maude Marquis-Bissonnette devient cheffe désignée d’Action Gatineau

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Article réservé aux abonnés
C’est maintenant officiel, Maude Marquis-Bissonnette deviendra cheffe d’Action Gatineau le 25 avril prochain, lorsqu’au terme d’une Assemblée générale, Maxime Pedneaud-Jobin lui cédera le leadership du parti qu’il a cofondé en 2012. 

Mme Marquis-Bissonnette a été la seule à inscrire sa candidature à la succession de M. Pedneaud-Jobin qui a annoncé, en janvier, qu’il quittait la scène politique à la fin du présent mandat. Ce changement à la direction du parti n’a pas donné lieu à des débats fratricides comme c’est habituellement le cas quand le leadership d’un parti change de main.

«Des courses où il y a des factions qui s’affrontent comme on en voit à d’autres niveaux, on n’est pas rendu-là à Action Gatineau, a noté M. Pedneaud-Jobin. On n’est pas un parti comme les autres. On a une vision commune, on sait où on veut aller. On a des gens qui ont discuté, il y a eu beaucoup d’échanges, des gens ont avancé leurs pions et la conclusion c’est que Mme Marquis-Bissonnette est la mieux placée pour porter le parti dans l’avenir. Je suis emballé par ce que j’ai vu dans les dernières semaines. Elle a fait une tournée de Gatineau. Ça va améliorer le contenu du programme. Elle a attiré des bénévoles et renouvelé de façon importante notre comité d’organisation. C’est emballant ce qui se passe autour d’elle et ça incarne bien ce qu’est Action Gatineau, un outil d’idées et de participation citoyenne, un lieu de rassemblement et de réflexion sur l’avenir d’Action Gatineau.»

La cheffe désignée d’Action Gatineau publiera un document qui détaillera sa vision pour le parti autour du 25 avril. Ce «livre» d’une quinzaine de pages est encore en rédaction, note Mme Marquis-Bissonnette. Il s’adressera tant aux membres d’AG qu’aux citoyens de Gatineau. «Je veux élaborer la vision que j’ai comme cheffe d’AG et la présenter aux citoyens, dit-elle. J’ai rencontré plus d’une centaine de Gatinois à travers ma tournée des dernières semaines. Ça va venir nourrir notre plateforme électorale.» 


« Je veux élaborer la vision que j’ai comme cheffe d’AG et la présenter aux citoyens. »
Maude Marquis-Bissonnette

Le programme du parti sera déterminé lors d’un congrès de trois jours en juin prochain. Mme Marquis-Bissonnette entend bien y apporter son empreinte. Certains sujets reviennent souvent dans son discours depuis quelques semaines.

«Je veux parler de développement économique, de la relance, dit-elle. On veut soutenir les entreprises dans cette période de relance et en même temps faire un virage sur l’économie circulaire en soutenant les innovations. Il faut soutenir davantage nos artères commerciales et notre centre-ville. Il faudra décupler nos efforts. Il faut intensifier nos efforts pour réduire nos gaz à effet de serre et s’adapter aux changements climatiques. Je veux parler de verdissement accéléré de Gatineau. On est aussi en train de vivre un changement de culture ou on souhaite que la ville appartienne aux citoyens et que ce soient les élus qui identifient les priorités. Un office de consultation publique sera une priorité si je suis élue.»

M. Pedneaud-Jobin n’entrevoit absolument aucun enjeu de leadership d’ici la fin du mandat, alors qu’il poursuivra ses fonctions de maire de Gatineau sans être chef de sa formation politique. «Ce sont deux chapeaux différents, a-t-il dit. Je suis le maire de tous les Gatinois et quand je fais mon travail de maire je ne suis pas là comme chef d’Action Gatineau, mais comme maire qui a un mandat de la population, qui travaille avec le conseil et les instances, c’est très différent. Pour ce qui est de la stratégie de campagne et les candidatures, c’est la nouvelle cheffe qui va s’en occuper.»