Mathieu Fleury remet en question le sérieux du rapport présenté par la STO.

Mathieu Fleury vilipende Gatineau et se fait rabrouer par Watson

Le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, remet vivement en question le sérieux et la rigueur du rapport présenté par la Société de transport de l’Outaouais (STO), mardi, qui identifie le pont du Portage comme point d’arrimage entre les deux réseaux de transport et qui écarte le pont Prince-de-Galles.

«Que le pont du Portage devienne un corridor important et que l’intégration se fasse à la station Lyon, ce n’est rien de nouveau, c’est décidé depuis déjà deux ans ça, lance-t-il. Et je n’accepte pas du tout les arguments présentés pour écarter le pont Prince-de-Galles. Il n’y a pas d’enjeu de capacité là. C’est induire la population en erreur. S’il y a un besoin additionnel à cet endroit, on va ajouter des trains et augmenter la fréquence. C’est peut-être l’analyse que fait un consultant embauché par Gatineau, mais nous à Ottawa, on n’a pas la même lecture.»

Ces propos du conseiller Fleury ont rapidement été rabroués par le cabinet du maire d’Ottawa, Jim Watson, et corrigés par la direction de la planification du transport en commun d’Ottawa. 

«Les propos du conseiller Fleury ne reflètent pas ceux de la Ville, a indiqué, par écrit, l’attachée de presse du maire, Livia Belcea. Le personnel d’OC Transpo était à l’affût des constats qui ont été présentés hier et qui identifient le pont du Portage comme corridor prioritaire pour la STO. OC Transpo continue de travailler avec la STO pour explorer les options possibles d’arrimage des deux systèmes. Les résultats de leurs discussions seront partagés avec le public à une date ultérieure.»

Pat Scrimgeour, directeur des Systèmes clients et planification du transport en commun à Ottawa, précise pour sa part que comme l’indiquait la STO mardi, et contrairement à ce qu’avance M. Fleury, «les calculs effectués par le personnel de la Ville indiquent que la Ligne de la Confédération du O-Train n’aurait pas la capacité requise pour accueillir 5000 usagers de la STO en effectuant une connexion à la station Bayview aux heures de pointe.»

M. Fleury indique qu’«à court ou moyen terme, on s’entend tous que le pont du Portage va devenir un lien important pour le transport en commun, mais ce que je dis c’est qu’il n’y a rien de nouveau là-dedans. Ce pont et la station Lyon sont déjà identifiés comme lien d’intégration entre la STO et OC Transpo dès que notre train léger sera en opération. Cette entente n’a pas été faite pour qu’à long terme des autobus continuent de traverser à Ottawa, c’est bien évident.»

La présidente de la STO, Myriam Nadeau, a pour sa part réagi au propos du conseiller Fleury en affirmant que ce dernier était mal informé. «Visiblement, il y a des éléments du dossier pour lesquels M. Fleury n’était pas au courant et il a affirmé des choses inexactes», a-t-elle affirmé. 

M. Fleury déplore par ailleurs que, selon lui, personne à Ottawa, que ce soit des élus, des gestionnaires en transport de la ville ou à OC Transpo n’était au courant de la sortie qu’allait faire la STO mardi. Encore là, M. Fleury semble avoir été mal informé puisque le cabinet du maire Watson assure le contraire. 

«La Ville d’Ottawa, OC Transpo, la CCN, la Ville de Gatineau, tout ce monde-là est autour de la table et participe aux travaux du comité technique responsable de l’étude», note Mme Nadeau.